Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Qui est donc Jean-Baptiste Guimet ?

1 commentaire

Trésor bleu outremer de l’Atelier Montfollet

Jean-Baptiste Guimet naît à Voiron en 1795…

Son père, architecte et ingénieur des Ponts et Chaussées, est l’auteur de plusieurs grands projets dans le sud de la France, comme le pont de la Joliette à Marseille ou encore les premiers plans pour la réalisation d’un canal reliant le Rhône à la mer.

Passionné de chimie, Jean-Baptiste est admis en 1813 à l’École polytechnique puis devient « inspecteur des poudres » à Toulouse.

En 1826, il épouse Rosalie Bidault dite Zélie. Celle-ci est peintre, fille du peintre Jean-Pierre Bidault et nièce d’un autre peintre. Le décor est planté. Son intérêt et son amour pour les couleurs poussent Zélie à encourager son époux, lancé avec passion dans la
recherche du fameux bleu.

En 1826, Jean-Baptiste Guimet parvient à trouver un pigment de synthèse capable d’imiter l’outremer véritable.

Il n’est pas seulement inventeur, mais aussi industriel malin et entrepreneur tenace. Ainsi, il ne dépose pas son brevet dès sa découverte et tient secret son procédé de fabrication pour en garder l’exclusivité et prendre de l’avance sur la concurrence.

En 1831, il crée son usine à Fleurieu-sur-Saône, au nord de Lyon. Le succès de son entreprise est immédiat et dès 1834, il démissionne de son poste d’inspecteur des poudres. Il reste plusieurs années en position de monopole et la fabrique prend de l’expansion. En 1847, il fait construire des nouveaux bâtiments, un entrepôt et un magasin d’emballage. La fabrique Guimet possède sa propre imprimerie et fait appel aux artistes et à l’imaginaire de l’époque pour lancer ce qu’on appellerait aujourd’hui « une solide campagne publicitaire ».

En 1855, il crée et finance la Compagnie des produits chimiques d’Alais et de la Camargue, connue aujourd’hui sous le nom de Péchiney, dont il est le premier président jusqu’à sa mort, en 1871. Dans les années 1870, l’entreprise emploie 150 ouvriers et produit 1 000 tonnes de bleu outremer par an. La production se diversifie : après l’azurage et l’imprimerie, le bleu est utilisé pour la préparation de peintures, de papiers peints, d’encres d’imprimerie, la teinture des cuirs, les revêtements de sols, ciments, caoutchoucs, matières plastiques et même les savons et toutes sortes de cachets et onguents.

Ainsi, l’histoire du bleu outremer réunit l’histoire d’une couleur, d’une passion, et celle d’une réussite à la fois scientifique, industrielle et commerciale ! 

Cet article est tiré d’une émission diffusée le 19 novembre 2012 sur RCF Isère dans le cadre de la série « Tout en nuances » qui a duré pendant 6 années. Elle est présentée ici. L’article a été mis à jour le 13 août 2019 et figure dans le livre Bleu, intensément, chapitre 54.

Article du 19 novembre 2012

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Une réflexion sur “Qui est donc Jean-Baptiste Guimet ?

  1. Pingback: Le bleu outremer (émission du 29 avril) | Elisabeth Lamour

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s