Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

L’émission du 7 janvier : la Casamaures, un rêve d’Orient bleu outremer

1 commentaire

TOUT EN NUANCES Retrouvez-moi tous les lundis à 8 h 35 et 11 h 10 sur RCF Isère

Casamaures

Casamaures

Durant cette émission, j’effeuille les subtilités de la couleur bleue, l’histoire de cette couleur céleste ainsi que sa symbolique. J’évoque également l’évolution des goûts et des sensibilités, tout en interrogeant la qualité des pigments. Après tout un cycle sur le bleu outremer, puis l’évocation de chansons bleues, il est temps de nous attarder vers un des symboles du bleu outremer à Grenoble, cette étrange villa aux décors bleus qu’on appelle la Casamaures.

Cet étrange petit palais aux décors bleus, se dresse sur la colline à la sortie de Grenoble en direction de l’ouest et attire le regard par son originalité, sa beauté, son étrangeté. Elle est plantée au cœur d’un vaste jardin décoré de statues, de fontaines et parfumé de senteurs de plantes choisies pour leur exotisme : iris d’Algérie, orangers du Mexique, magnolias, palmiers et bananiers.
Son histoire est celle des passions et des rêves de quelques Grenoblois.
Le 27 janvier 1855, Joseph Julien dit Cochard achète une parcelle de terrain le long de l’Isère pour y construire un palais de style néo-mauresque en ciment moulé. Inspiré par les maisons ottomanes du Bosphore, Cochard passe commande aux meilleurs artisans de la région pour réaliser les trois façades en béton, les moulures et les arabesques rehaussées du bleu de l’époque à peine mis au point : le fameux outremer Guimet. La construction se termine en 1876, enrichie de cheminées turques en plâtre ciselé, de vitraux, de papiers peints à la main, de décors en trompe-l’œil, de calligraphies qui parlent d’amour.
Ce palais idéal est un rêve, une utopie, un voyage en bleu…
Cochard rapidement ruiné, la demeure connaît la décadence, le morcellement, l’abandon et les dégradations. En 1981, une passionnée rachète la bâtisse et prend le relais ! En 1986, celle-ci est classée monument historique. Depuis, à petits pas, les chantiers de restauration, l’enthousiasme de bénévoles et le savoir-faire d’artistes et d’artisans redonnent vie à ce palais d’Orient. Le toit de zinc d’origine est réhabilité et une centaine de moulures en relief sur le fronton – l’acrotère – sont reconstituées à l’identique, de même que les vitraux en verre soufflé à la bouche. Un badigeon bleu est posé, le plus fidèle possible aux tonalités d’origine.
Des expositions ou des concerts, un jardin ponctué d’œuvres et de curiosités prolongent ce « rêve d’Orient et d’amour » dressé aux portes de Grenoble. Vitraux, moucharabiehs, moulures bleu outremer témoignent à la fois de la poursuite d’un rêve, des innovations techniques du milieu du XIXe siècle avec l’engouement pour le bleu outremer.

Article tiré de Bleu, intensément à découvrir ici.

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Une réflexion sur “L’émission du 7 janvier : la Casamaures, un rêve d’Orient bleu outremer

  1. Pingback: Casamaures, bleus et rêves d’orient, 2 et 3 avril | Elisabeth Lamour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s