Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Avance en eau profonde

Poster un commentaire

Avance en eau profondeDans le Nouveau Testament, il y a deux pêches miraculeuses, une avant (Lc 5, 1-11) et l’autre après la Résurrection (Jn 21, 1-24)

Dans notre atelier, nous nous sommes attardées sur la première, décrite par Luc : c’est Annie qui, la première, a eu envie de travailler sur ce verset de l’Évangile de Luc, bientôt suivie par Solange. Je l’ai reprise ensuite plusieurs fois et je viens de poser les pinceaux pour une icône assez grande (29 x 43,5 cm), une commande en vue d’un cadeau commun.

Il n’a pas été facile de trouver des modèles, car c’est souvent la fin de la scène qui est représentée, lorsque les filets sont pleins et que Jésus invite ses apôtres à se faire « pêcheurs d’hommes ».

Nous avons seulement trouvé un vitrail de l’église Saint-Pierre (Val-de-Marne). (1)

Ce qui nous a intéressé, parce que ça a un sens pour nous, c’est l’« avant », le début de l’épisode, le moment du doute, de l’inquiétude, et de l’élan impulsé. Dans le premier modèle réalisé dans notre groupe, nous avions même trouvé une autre traduction qui disait « avance au large ». À chaque coup de pinceau sur cette mer agitée, j’ai pensé à quelques-unes des inquiétudes qui me taraudent.  « Nous avons peiné toute la nuit » (Lc 5, 5), tant de nuits…

Eh bien oui, la mer est agitée, violente, inquiétante, inattendue, mais que faire d’autre que de continuer à naviguer, confiants, droits même si l’eau nous semble parfois bien trop profonde ?La suite du verset encourage à « lâcher ses filets » : j’ai pensé à aussi à ces mots : lâcher, déposer, respirer… Et au fil des coups de pinceaux dans les vagues profondes, je me suis sentie un peu plus légère, un peu plus confiante.

Annie ajoute : « J’ai été très touchée par leur retour bredouille et leur logique (la nôtre) à la limite du découragement. Ce moment où Jésus leur propose une autre logique (…) m’a souvent poussée en eau profonde, là où je ne serais pas allée de moi-même. Il me semble que c’est ça l’espérance ! Avancer sans tout comprendre, certaine d’être accompagnée par celui qui a donné l’impulsion pour repartir, avancer sans peur, sur des eaux angoissantes, des vagues fatigantes, là où tout est compliqué, avec seul un petit fanal qui rassure ! »

PS : pour le bleuté de la mer, j’ai utilisé un lapis-lazuli venu des bords du lac Baïkal. Il est posé en glacis (sur l’eau et aussi sur le manteau du Christ) et laisse des petits cristaux qui donnent un beau reflet.

(1) Si quelqu’un connaît d’autres modèles de cette scène, de cet « avant » sans les poissons, nous serions heureuses de les découvrir.

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s