Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

L’émission du 20 janvier : le monde bleu de Kandinsky

2 Commentaires

Pour la 3° année, je vous propose l’émission TOUT EN NUANCES tous les lundis à 8h35 et 11h10 sur RCF Isère. Durant cette émission, j’effeuille les subtilités de la couleur bleue, l’histoire de cette couleur céleste ainsi que sa symbolique. J’évoque également l’évolution des goûts et des sensibilités, tout en interrogeant la qualité des pigments. Je glisse parfois aussi mes rêves de lumières bleues, de tableaux et de vagues.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAVous pouvez retrouver les titres de toutes les émissions passées en cliquant ici , puis écouter celle-ci en podcast à partir de lundi sur le site de RCF Isère. Les émissions du 13 et 20 janvier sont consacrées au bleu chez Vassily Kandinsky.

Kandinsky fonde, avec d’autres, en 1911, une association intitulée le cavalier bleu (Blaue Reiter), en référence à deux passions : le bleu et les chevaux ! Elle donnera naissance à une revue éphémère, vu les circonstances historiques, intitulée L’Almanach du Cavalier Bleu, revue de défense et de promotion de l’art abstrait qui met en lien l’art et la spiritualité.

Les peintures de la période suivante jouent avec de grandes masses colorées qui évoluent indépendamment des formes et des lignes, se combinent, se superposent et se chevauchent de façon très libre pour former des toiles d’une force extraordinaire.

Evidemment, je pense à son tableau datant de 1934 et intitulé « le monde bleu ». L’huile, de format presque carré mesure plus d’un mètre de côté. Sur un fond bleu clair, dansent des rectangles roses, violets, jaunes et verts. L’ensemble est envahi par une multitude de formes molles, mi-animales, mi-fantastiques qui flottent, sur un premier plan translucide, dans un ballet d’une grande fraîcheur. Sur le fond bleu ciel, jouent des formes de toutes sortes, comme des pièces de puzzle égarées.

Il y a aussi la toile intitulée « bleu du ciel » datant de 1940. On dit que c’est la peinture du ravissement. De petits animaux imaginaires et stylisés semblent tomber du ciel, très lentement, en virevoltant, comme des flocons de neige légère. La guerre vient de commencer… On oscille sans cesse, face à ce tableau, entre une impression ludique et gaie, et celle d’une menace surgie d’on ne sait où, du ciel peut-être. Ne retrouve t-on pas cette fameuse ambivalence du bleu, ce mélange d’émerveillement et d’inquiétude dont nous avons si souvent parlé ?

N’oublions pas non plus les réflexions de Kandinsky sur la musique. Chez lui, la synesthésie fonctionne parfaitement. Il s’agit de cet état qui entrecroise plusieurs sens et permet de percevoir une couleur comme une sonorité. Cela explique pourquoi sa peinture semble fonctionner comme une musique, une musique dans laquelle les sphères bleues prédominent. Pour nous faire une idée de ce phénomène, terminons par quelques mots de Kandinsky lui-même : « Musicalement, le bleu clair s’apparente à la flûte, le foncé au violoncelle, s’il fonce encore à la sonorité somptueuse de la contrebasse ; dans ses tons les plus profonds, les plus majestueux, le bleu est comparable aux sons graves d’un orgue. » (1)

(1) Kandinsky, Du spirituel dans l’art et dans la peinture en particulierFolio

Advertisements

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

2 réflexions sur “L’émission du 20 janvier : le monde bleu de Kandinsky

  1. Les bleus comme une musique ça me plaît !

  2. Pingback: Les émissions de juin : Kandinsky, du spirituel dans l’art… le rouge | Elisabeth Lamour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s