Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Sainte Marie l’Égyptienne

Poster un commentaire

Marie l’Égyptienne aurait vécu entre le IIIe et le Ve siècle (selon les auteurs) en Palestine. Son histoire se répand par la tradition orale des moines dès le VIe siècle.

Elle est fêtée le 2 avril  (calendrier catholique), le 1er avril ainsi que le 5e dimanche de Carême dans le calendrier orthodoxe.
Il y eut plusieurs descriptions de sa vie : Jacques de Voragine (La légende dorée), Jean Moschus (Le Pré spirituel), Sophrone de Jérusalem… De nombreuses églises lui furent rapidement dédiées.

505 Marie l'EgyptienneMarie est née en Égypte et arrive à l’âge de 12 ans à Alexandrie. Jusqu’à 29 ans, elle vit dans la luxure, se prostituant dans les lieux de débauche.

Un jour, elle rencontre des pèlerins qui naviguent vers Jérusalem. Elle décide de les suivre en payant la traversée avec ses charmes. Arrivés devant la Basilique de la Résurrection, le jour de l’Exaltation de la Croix,  Marie ne peut franchir le seuil, une force la repousse chaque fois qu’elle veut passer.

Désespérée, elle se tourne vers l’icône de la Vierge et la supplie d’intercéder en sa faveur : Moi, je suis dans la fange du péché et vous êtes la plus pure des vierges. Prenez pitié d’une malheureuse et faites pour mon salut, que je puisse adorer la croix de votre divin fils. Aussitôt, mon cœur fut apaisé et, aucune force ne me retenant plus, j’entrai dans le sanctuaire comme portée sur les flots.

Pendant qu’elle entre dans la basilique, une voix lui dit : Si tu passes le Jourdain, tu y trouveras le repos. Elle communie, puis part dans le désert, au-delà du Jourdain. Elle y vit quarante-sept ans, absolument seule, se nourrissant des quelques pains rapportés de Jérusalem, aux prises à de terribles tentations.

Un jour, l’anachorète Zosime passe par là. Après avoir entendu son récit, il lui donne la communion. Marie lui demande de revenir l’année suivante, au même endroit, afin de lui apporter de nouveau ce sacrement. Zosime revient et découvre la sainte morte sur le sol, la tête tournée vers Jérusalem. Près d’elle se trouve un message lui demandant de l’ensevelir sur place. Mais le sol du désert est trop sec et dur et Zosime ne peut creuser la tombe. Un lion s’approche, le saint lui demande de l’aide, et tous deux creusent une fosse pour enterrer Marie. Enfin, le lion s’éloigne et Zosime rentre dans son cloître où il vivra très longtemps.

Représentations
On représente Marie l’Égyptienne, le visage émacié, habillée de haillons, ou nue recouverte d’une longue et épaisse chevelure, un peu à l’image de saint Jean-Baptiste dans le désert ; elle a tantôt la peau noire, tantôt la peau claire. Elle est parfois accompagnée d’anges ou de démons. Parfois avec Zozime.

Elle représente la conversion, par excellence, le changement de vie radical.

Article du 11 février 2014

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s