Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

L’émission du 29 septembre : la légende de l’ocre du Roussillon

Poster un commentaire

ocre rouge du Roussillon

ocre rouge du Roussillon

Après trois années passées avec les pigments bleus, découvrons dans l’émission Tout en nuances (chaque lundi sur RCF isère -103.7- à 8h35 et juste après 11h) une couleur très différente : le rouge.

De nombreux pigments ocre rouges sont extraits en France encore aujourd’hui, notamment dans les célèbres carrières d’ocre du Vaucluse que nous évoquions la semaine dernière. La petite ville de Roussillon est si belle avec ses façades ocrées de nuances vives et subtiles. Voici la légende rapportée pages 4 et 5 dans le petit livre intitulé « Ocres » et publiée par les éditions Eyrolles, celles du « Conservatoire des ocres et de la couleur » installé à Roussillon.

« Il y a fort longtemps, dans un château surplombant le village de Roussillon, vivait le Seigneur Raymond et sa belle épouse, Dame Sirmonde. Chaque jour, le Seigneur Raymond s’adonnait à sa passion, la chasse, laissant Dame Sirmonde seule au château. Celle-ci s’ennuyait terriblement lorsqu’un jeune et beau troubadour se présenta : Guillaume de Cabestaing. Lui, passait ses journées à chanter et conter pour divertir dame Sirmonde.

Et ce qui ce devait arriver finit par se produire : le jeune troubadour et la belle Dame Sirmonde tombèrent amoureux. Ils vécurent un amour secret et heureux jusqu’au jour où le Seigneur Raymond découvrit cette tromperie.

En fin stratège, il invita Guillaume de Cabestaing à une partie de chasse. Le jeune troubadour accepta sans se douter un seul instant qu’il était le gibier de la journée. Le Seigneur Raymond tua ainsi Guillaume de Cabestaing. Il lui arracha le cœur qu’il ramena au château et demanda au cuisinier de préparer le plat préféré de Dame Sirmonde.

Lorsqu’elle en eut mangé la dernière bouchée, le Seigneur Raymond annonça à son épouse que son jeune et beau troubadour était mort et qu’elle venait d’en déguster le cœur… Folle de douleur et ne pouvant supporter cette nouvelle, la belle Sirmonde monta dans la plus haute tour du château et se jeta par la fenêtre. On dit que c’est son sang qui donna leur couleur aux terres ocrée du village de Roussillon »

Et voilà, derrière la grâce des couleurs du village, au coucher du soleil, se cache cette légende d’amour et de mort, belle et cruelle, comme sait l’être la couleur rouge.

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s