Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

L’émission du 6 octobre : l’hématite

Poster un commentaire

Pigment d'hématite

Pigment d’hématite broyée de Puisaye

Après trois années passées avec les pigments bleus, découvrons dans l’émission Tout en nuances (chaque lundi sur RCF isère -103.7- à 8h35 et juste après 11h) une couleur très différente : le rouge. L’hématite est une des variétés d’oxyde de fer les plus répandues. Noire avec des reflets métalliques à l’état de pierre, elle mérite son nom qui signifie « rouge sang » quand elle est pulvérisée. Elle donne alors un pigment bon marché, réputé pour son pouvoir antirouille. Suivant sa granulométrie, la pierre fournit toute une gamme de rouges, du pourpre violacé, au violet, au rouge et à l’orangé. La couleur change avec la dimension des cristaux et tend vers le violet quand les cristaux sont plus grands. L’hématite fût utilisée comme pigment rouge dès le paléolithique supérieur. Pulvérisée puis mélangée à l’eau ou parfois à des liants huileux, végétaux ou animaux, elle s’apposait sur la roche des murs, ce qui permettait à nos ancêtres de dessiner et de peindre les grottes et les cavités qu’ils habitaient. Les décors de la grotte d’Altamira, en Espagne cantabrique, datent de 13 000 à 15 000 ans avant JC et se caractérisent par une couleur rouge, provenant d’une hématite à gros cristaux. On pense en particulier à de magnifiques têtes de bison des steppes. L’hématite, riche en fer, a la particularité de teinter l’eau en rouge. Aussi les Égyptiens pensaient qu’elle favorisait la production de sang, avait le pouvoir de guérir certaines de ses maladies et possédait des propriétés hémostatiques. Elle connaît alors une grande vogue pour le décor mural, mais aussi pour la fabrication de cosmétiques, des fards et des bâtons à lèvres, l’ancêtre du rouge à lèvres. Plus tard, au Moyen-Age, présentée en bâtonnets, elle servira essentiellement à tracer les dessins préparatoires aux fresques. Leonard de Vinci et les artistes de la Renaissance l’utiliseront également pour des études de nus et des portraits. Aujourd’hui, l’hématite reste un pigment bon marché, à fort pouvoir antirouille et donnant de belles tonalités profondes.

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s