Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

La couleur pourpre (émission du 13 octobre)

Poster un commentaire

Après trois années passées avec les pigments bleus, découvrons dans l’émission Tout en nuances (chaque lundi sur RCF isère -103.7- à 8h35 et juste après 11h) une couleur très différente : le rouge
pourpreLa pourpre est une couleur rouge qui tend vers le violet. Le mot vient du grec πορφύρα / porphúra. Le latin purpura donne l’adjectif purpurin, « de couleur pourpre ». Mais attention aux erreurs de traduction : l’anglais purple signifie violet et non pourpre.
Il s’agit d’une teinture d’origine animale, un colorant obtenu à partir du suc d’un coquillage marin à coquille ovale ou oblongue appelé le murex.
La pourpre constitue un des éléments culturels majeurs de l’Antiquité méditerranéenne. La légende raconte que la découverte de cette couleur serait due au chien de Melkart, le dieu des teinturiers de Phénicie. C’est d’ailleurs là-bas, à Ougarit, qu’on découvre les traces les plus anciennes de l’utilisation de murex pour ses propriétés colorantes, vers 1500 av JC. On a retrouvé, à proximité des teintureries de Tyr et de Sidon, de véritables collines de coquillages écrasés, destinés à la teinture des tissus, notamment de la soie.

Présent en quantité sur tout le pourtour méditerranéen, le murex était également récolté sur les côtes du Péloponnèse et de l’Afrique du nord.

L’opération d’obtention de la couleur demandait un travail extraordinaire, beaucoup de main d’œuvre, d’obstination et de temps. Il fallait ramasser les coquillages dans la mer, puis casser la coquille et le laisser macérer dans un bassin, pour enfin extraire le suc d’une minuscule glande. D’abord blanchâtre, le suc vire sous l’action de la lumière au jaune, au vert, puis au violet sombre et enfin à un rouge de plus en plus profond. Le coloris obtenu varie en fonction de la durée d’exposition à la lumière, mais aussi de la variété précise du mollusque d’origine, ou encore du lieu de récolte.

On teint ensuite la matière brute, la laine, la soie ou le lin avant de la tisser ou de la travailler. La teinte définitive est lumineuse et inaltérable. On raconte qu’Alexandre le Grand aurait trouvé des étoffes ainsi colorées lors de ses conquêtes : elles avaient plus de 200 ans et n’avaient rien perdu de leur éclat.

La raréfaction du murex a provoqué la disparition des techniques de fabrication de la teinture pourpre mais la symbolique de cette couleur d’exception a perduré : ce sera le thème de l’émission de la semaine prochaine.

Attention : le pigment pourpre de Tyr authentique, extrait du murex trunculus est commercialisé. Mais son emploi est délicat : il ne supporte pas le mélange avec le jaune d’œuf qui le fait virer au gris.

Article du 13 octobre 2014

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s