Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

L’émission du 27 avril : le rouge et l’âme russe

Poster un commentaire

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAprès trois années passées avec les pigments bleus, découvrons dans l’émission Tout en nuances (chaque lundi sur RCF isère -103.7- à 8h35 et juste après 11h) une couleur très différente : le rouge. Chaque semaine, nous effeuillerons une nuance, une caractéristique, une émotion liée à la couleur rouge. Nous commencerons, lors de l’émission du 27 avril, un cycle d’émissions autour de la place de la couleur rouge dans l’âme russe !
Vous souvenez-vous, lors des émissions sur le bleu, nous avions évoqué l’idée que le bleu est la couleur préférée des occidentaux. Le questionnaire sur la couleur de l’âme avait largement confirmé cette tendance. En feuilletant des livres d’art et des catalogues d’exposition sur la Russie, je me demande – mais c’est juste une intuition – si la réponse aux mêmes questions posées dans le monde slave ne serait pas : la couleur rouge. Cela tient-t-il à ce qu’on dit de l’âme russe dont le fil rouge serait l’excès, un mélange de joie pleine et de chagrin, d’énergie et d’intensité, de force et de passion, toujours à deux pas des larmes et de la tragédie comme de l’exaltation. Bref, tous les qualificatifs qu’on attribue au rouge, solennel, chaud, jubilatoire !

Le rouge et beauté ont le même nom en russe : krasni. Un été rouge désigne, dans le langage poétique, non pas une saison sociale de luttes, mais un bel été. Le rouge est au cœur de l’art populaire russe, que ce soit par les broderies, les foulards, les couronnes de mariées, les bois décorés… Traditionnellement, il existait dans chaque isba un coin rouge, aussi appelé le beau coin, celui où l’on disposait les icônes, qu’on saluait en entrant dans le demeure, où l’on se retrouvait en famille pour prier et auprès duquel s’asseyaient les anciens. Si possible orienté au sud-est, c’était l’endroit le plus clair et le plus chatoyant de l’isba. La Place rouge signifie, la Belle place. Le sens de beauté était le sens premier, même si la couleur des murs du Kremlin ­ est bien le rouge ! Ce n’est pas par hasard si le drapeau de la Révolution, glorifiant le meilleur des mondes  était… rouge, tout comme l’armée du même nom.

J’ai retrouvé dans mes souvenirs de voyage un livre rapporté de Russie, un livre tout simplement intitulé Rouge et qui retrace une exposition présentée au Musée d’art russe de Saint-Pétersbourg en 1997. On y découvre que l’histoire de la peinture russe n’a pas attendu les bolcheviks pour vibrer en rouge, avec ses aplats éclatants, ses pourpres impériaux, toutes ces métaphores solaires, sanglantes, révolutionnaires, exaltées et enthousiastes ! La constante du rouge dans l’art russe sera la base de nos prochaines émissions, que ce soit dans les icônes, l’art populaire, ou les œuvres plus récentes comme le fameux Carré rouge sur fond blanc de Malevitch.

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s