Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Saint Isaac le Syrien

Poster un commentaire

Isaac le syrien, 18x25cm, 2015

Isaac le Syrien, 18 x 25 cm, 2015

J’avais étudié ce grand mystique, il y a quelques années (mai 2006), juste avant de partir en Syrie pour un court périple et quelques rencontres décisives qui m’ont marquée pour toujours.

J’ai aussi eu la chance d’échanger à propos des écrits d’Isaac le Syrien avec celui qui a été un des premiers et des plus fervents traducteurs, l’ami des Cévennes : Jacques Touraille. Puis, en 2009, une de mes icônes a été utilisée par les éditions Bellefontaine pour la couverture d’Œuvres spirituelles – III – d’après un manuscrit récemment découvert

Et voilà venue l’exigence de prendre le pinceau pour repartir à la rencontre de Mar Isaac en ce printemps 2015, avec en tête tellement de pensées et sentiments bousculés, d’images, de visages, d’espérances et de peurs, en quête d’un désert qui ne serait pas celui de l’oubli. Et je recroise ce matin cette belle parole : « Marche dans la foi sur le chemin de la vie excellente… » (Discours 12, 20, spiritualité orientale n°88, éditions Bellefontaine)

Qui est ce personnage ? On sait peu de choses, qui suffisent pourtant à dessiner son actualité, sa proximité à travers le temps. Né sur la rive occidentale du golfe Persique, dans l’actuel Qatar au milieu du VIIe siècle (au moment de l’émergence de l’Islam), il devient moine très jeune, peut-être à Ber Abé. Il y mène une vie d’ascète, toute simple. Il est réputé pour son caractère paisible, aimable et humble. Sacré évêque de Ninive vers 660 (près de Mossoul en Irak), il renonce à sa charge au bout de cinq mois « pour des raisons connues de Dieu seul ».

couverture livre éditions Bellefontaine

Couverture livre éditions Bellefontaine

Il se retire alors dans la solitude, sur la montagne au nord du Kurdistan, parmi d’autres anachorètes. Devenu aveugle à force de lectures et d’ascèse, ses disciples l’aident à mettre par écrit ses enseignements lumineux. Ses écrits (lettres et discours) sont traduits dès le IXe siècle du syriaque en grec et en arabe, d’où son influence sur de nombreux musulmans. Ils connaissent rapidement une large diffusion dans l’orient chrétien. D’une grande profondeur, ils se caractérisent par une émotion communicative, beaucoup de délicatesse, un style d’une grande beauté, quelques images fulgurantes et poétiques. Et entendre encore « Marche dans la foi sur le chemin de la vie excellente… »

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s