Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Jésus-Christ servi par les anges

Poster un commentaire

Pendant l’été 2015, je propose de redécouvrir l’émission « Décalage horaire » diffusée en 2008-2009 sur RCF Isère. Plusieurs fois par semaine, nous partirons pour une promenade au musée de Grenoble, « déambulation poétique » autour d’un tableau. Et pourquoi pas retourner au musée « à la fraîche », amener les enfants, les amis, rêver puis regarder autrement certains tableaux.

3. Inscrire l’envol d’un ange,  3 l'Albanehuile sur cuivre de petit format. À propos de deux tableaux de Francesco Albani dit L’Albane (Bologne 1578-1660) : la sainte famille dans un paysage et Jésus-Christ servi par les anges. Émission diffusée le 17 septembre 2008

L’Albane, de son vrai nom Francesco Albani est un peintre italien du tout début du XVIIe siècle. Il est assistant d’Annibal Carrache. Après un passage à Rome, l’Albane s’installe définitivement à Bologne, sa ville natale, en 1625, avec son épouse et toute sa nichée : on dit que sa très belle femme lui donne douze enfants, aussi adorables les uns que les autres.

L’Albane peint des tableaux le plus souvent de petit format, des scènes élégantes baignées de lumière dans un décor très paisible de nature idéale. Il s’inspire des grands thèmes de la mythologie et de l’histoire sainte. On trouve plusieurs de ses tableaux au musée de Grenoble. Certains les jugent mièvres ou douceâtres, trop idylliques ou maniérés… J’aime ces tableaux aux couleurs intenses peints sur une plaque de cuivre. J’aime ces angelots et ces paysages poétiques. Parce qu’ils me font sourire et m’attendrir, mais surtout parce qu’on m’a raconté l’histoire de Francesco, cet homme à la fois peintre et père de famille nombreuse. Imaginez ! Pour étudier les postures des anges, les enfants posaient pour leur peintre de père. Parfois même, son épouse soulevait les plus jeunes à bout de bras dans l’atelier, comme en plein vol, et l’Albane dessinait, et dessinait encore… Il trouvait sur place, chez ceux qu’il aimait, ses plus beaux modèles. Il chantait sa vie, caressait de son pinceau et crayonnait en aimant.

Je reconnais d’un tableau à l’autre les enfants qui grandissent. J’entends leurs éclats de rires et leurs cris. J’imagine des caractères et des humeurs, des prénoms, des bouderies enfantines, des colères, des étreintes, des serments et les paroles d’une chanson. Je devine l’espiègle et le courageux, le taquin et le bagarreur, l’inquiet et le facétieux, le grave et le malicieux, l’impatient et le rêveur. Je pénètre sur la pointe des pieds, pour ne pas déranger le temps, dans un univers bruissant. Je découvre, émue, un atelier dans lequel l’envers des toiles servirait de cachette, un atelier dans lequel pinceaux et jeux, couleurs, châssis et désordres s’agenceraient pour inventer une sorte d’harmonie, un atelier dans lequel les fruits de saison termineraient de mûrir sur un plateau d’argent auprès des œuvres après avoir servi de modèle au peintre et juste avant qu’un enfant gourmand n’ait apaisé sa faim. La vie, quoi !

Quelle drôle et belle idée : regarder grandir ses enfants et les peindre inlassablement, ne retenir que leur grâce, leur beauté, leur sourire, leur candeur, leur visage un peu rond auréolé de boucles blondes. Barrer la route à la nostalgie, à l’oubli et à tout ce qui file entre les doigts et flétrit. Ne garder que le meilleur, quelques instants de joie pétillant pour l’éternité, un rire qui résonne. Et inscrire ses enfants dans l’envol d’un ange…

Chapitre 3 du livre Décalage horaire (disponible sur demande, pas de frais de port).

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s