Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

« Nature morte » d’Osias Beert

Poster un commentaire

Pendant l’été 2015, je propose de redécouvrir l’émission « Décalage horaire » diffusée en 2008-2009 sur RCF Isère. Plusieurs fois par semaine, nous partirons pour une promenade au musée de Grenoble, « déambulation poétique » autour d’un tableau. Et pourquoi pas retourner au musée « à la fraîche », amener les enfants, les amis, rêver puis regarder autrement certains tableaux.

10. Pourquoi les artichauts ne noircissent-ils pas ? Légumes fruits et coupes, huile sur bois, 0,52 x 0,73 m, Osias Beert (Anvers vers 1580-1624), émission diffusée le 5 novembre 2008
Nature morte d'Osias Beert

Nature morte d’Osias Beert

Longtemps, les natures mortes m’ont laissée indifférente. Je ne m’intéressais qu’aux regards, aux visages, aux expressions, aux postures, aux émotions : au vivant quoi ! À force de regarder ces compositions et de laisser le temps s’y engouffrer, j’ai appris à voir à côté du tableau. J’ai appris à laisser errer mon imagination aussi loin que les lignes et les couleurs acceptent de me conduire. Je regarde ailleurs dans le vagabondage des images qui rebondissent vers l’idée du peintre, l’émotion du peintre, la vie du peintre. Je m’envole, étonnée, vers la frange étoilée de l’œuvre. Un jour, le son du tableau et même son parfum m’enveloppent : il m’arrive alors d’aimer les natures mortes. Je vois une main ferme ouvrir la fenêtre puis saisir une palette de couleurs. Curieuse, les questions me viennent puis se bousculent : qui a pu verser le vin blanc dans cette coupe de verre ciselé si transparente puis disposé le verre empli d’eau ? Quelle main a ramassé les fruits, les a ouverts en deux, a pétri et façonné le pain ? Quelle main a tout disposé dans les coupes d’argent et de porcelaine pour dresser ensuite la table, laissant seulement échapper un petit fruit  ? (1) Est-ce la main d’une femme ? Quel est le goût des framboises et du vin ? Quelle est l’odeur de la campagne alentour ? La récolte est-elle en avance cette année ? L’eau reste-t-elle fraîche, la nuit, quand dort Osias Beert dans sa maison à Anvers ?

Une question en particulier m’intrigue devant ce tableau : comment est-il possible que cet artichaut, coupé en deux pour poser devant le peintre, n’ait jamais noirci ? Aucune trace de citron sur l’assiette d’argent qui livre ses reflets. Le maître s’est obstiné, tenant par-dessus tout à prouver son savoir-faire. L’artichaut peut bien noircir : avec sa texture d’une infinie variété, il est le légume idéal à pareille démonstration. Le peintre a-t-il commencé son œuvre par l’artichaut, tout au début, juste après l’avoir découpé pour en découvrir l’intérieur aux couleurs subtiles ? Ou bien a-t-il fallu en trancher plusieurs pour aller jusqu’au bout de l’œuvre ? Ou bien encore l’artiste a-t-il réussi à se souvenir jusqu’à la dernière touche de peinture, de tous les détails : la fraîcheur de l’artichaut, le doux dégradé de l’intérieur de l’artichaut, le piquant de ses feuilles, la dureté de la tige ? Ou bien s’est-il aidé d’un peu de vin doux pour garder ensemble, dans sa mémoire puis sur sa palette, ces nuances délicates de rose, de vert et de blanc ?

Oui, c’est peut-être cela le secret de cet homme : le vin doux ! Il en reste si peu dans la coupe. Il a l’air si doux, si frais, désaltérant. Je me demande même s’il ne pétille pas légèrement. Je devine son goût. J’aurais aimé trinquer avec le peintre, dans sa maison, à Anvers, déguster quelques framboises et souhaiter longue vie aux natures mortes !

Chapitre 10 du livre Décalage horaire (disponible sur demande, pas de frais de port).

(1) Les natures mortes d’Osias Beert sont pleines de messages cachés. Elles rappellent que tout ce luxe de vaisselle, de fleurs, de vins n’est que « vanité ». L’artiste en rajoutant un insecte ou un petit fruit échappé de la coupe met en évidence l’aspect éphémère des biens terrestres.

Article du 24 juillet 2015

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s