Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

« L’Annonciation » par Zurbaran

Poster un commentaire

Pendant l’été 2015, je propose de redécouvrir l’émission « Décalage horaire » diffusée en 2008-2009 sur RCF Isère. Plusieurs fois par semaine, nous partirons pour une promenade au musée de Grenoble, « déambulation poétique » autour d’un tableau. Et pourquoi pas retourner au musée « à la fraîche », amener les enfants, les amis, rêver puis regarder autrement certains tableaux.

24. la nuit n’est jamais complète,  l’Annonciation, huile sur toile 2,67 x 1,85 m, Francisco de Zurbaran, (Fuente de Cantos 1598-Madrid 1664), émission diffusée le 11 février 2009
Annonciation, Zurbaran

L’Annonciation, Zurbaran

Une des grandes richesses du musée de Grenoble repose sur la présence de quatre tableaux de très grandes dimensions du peintre espagnol du XVIIe siècle : Francisco de Zurbaran. Ils répondent à une commande assortie de précises instructions et proviennent d’un immense retable de la Chartreuse de Jerez de la Frontera représentant l’enfance du Christ.

J’ai mis des années à apprécier ces tableaux, à cause même de ce style particulier qu’on nomme le « ténébrisme » défini dès le début du XVIIe siècle comme « une lumière unie, qui arrive de côté sans reflet, comme dans une chambre aux murs noirs, éclairée par une fenêtre ; les ombres très sombres et les lumières très claires donnent du relief à la peinture » (1).

Les tableaux sont dominés par des masses noires que j’ai longtemps trouvées oppressantes. Je suis passée et repassée devant, sans trop les regarder, comme on se presse pour échapper à la crainte de la nuit. Et puis peu à peu, les touches de lumière vive sont entrées en moi. Progressivement, comme en peignant une icône à partir des couleurs de ténèbres, j’ai vu émerger des tas de détails touchants. J’ai découvert comment l’ombre, dans ces tableaux, constitue l’assise, le support nécessaire à l’appui du sujet rendu ainsi plus lumineux. Elle modèle, définit par contrastes, découpe, insiste. Un poème d’amour de Paul Éluard m’est remonté à la mémoire :

La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours puisque je le dis
Puisque je l’affirme
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler faim à satisfaire
Un cœur généreux
Une main tendue une main ouverte
Des yeux attentifs
Une vie à se partager (2)

24 Annonciation Zurbaran, MGJ’ai découvert la légèreté de l’ange, ses plumes soyeuses et ses couleurs chatoyantes. Les touches de blanc ont pris leur place et bousculent le chagrin. J’ai regardé ces mains ouvertes, ces mains posées, ces mains tendues, le décor comme une fenêtre ouverte. J’ai entendu battre le cœur généreux des personnages, et j’ai pensé avec le poète que la nuit n’est jamais complète.

(1) MANCINI, Considerazioni sulla pittura, 1619-1621.

(2) Paul ÉLUARD, Derniers poèmes d’amour (Le phénix), Seghers, Paris, réédition 2002.

Chapitre 24 du livre Décalage horaire (disponible sur demande, pas de frais de port).

 

 

 

Article du 5 août 2015

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s