Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Zurbaran encore

Poster un commentaire

Pendant l’été 2015, je propose de redécouvrir l’émission « Décalage horaire » diffusée en 2008-2009 sur RCF Isère. Plusieurs fois par semaine, nous partirons pour une promenade au musée de Grenoble, « déambulation poétique » autour d’un tableau. Et pourquoi pas retourner au musée « à la fraîche », amener les enfants, les amis, rêver puis regarder autrement certains tableaux. Aujourd’hui, voici encore deux tableaux de Francisco de Zurbaran (Fuente de Cantos 1598-Madrid 1664), huiles sur toile 2,67 x 1,85 m, émissions diffusées le 25 février et le 4 mars 2009.

26. La Barbe de Melchior ou L’Adoration des mages 
L'adoration des mages par Zurbaran

LAdoration des mages par Zurbaran

Nous voilà devant le troisième tableau de Francisco de Zurbaran. Le décor est toujours aussi sombre, avec ses colonnes et ses arches. Marie est restée la jeune femme paisible des deux tableaux précédents, vêtue des mêmes couleurs rosées et bleues. Elle est assise et son enfant sur les genoux est tourné vers ceux qui se prosternent. Elle a gardé cet étrange regard intériorisé, paupières un peu baissées et cette bizarrerie propre à Zurbaran : les deux yeux jamais entrouverts de la même façon…

L’enfant Jésus, lui, a grandi ; il a de petits yeux vifs et le visage malicieux. Un roi mage à la barbe blanche s’approche de lui pour l’admirer, le vénérer, le glorifier… Il est très richement vêtu. Ce serait le fameux roi Melchior qui aurait fait toute la route depuis l’oasis de Palmyre pour apporter de l’or et de l’encens à l’enfant Dieu… Des trois rois, il est le plus vénérable et il est associé à la représentation de la vieillesse. Il a posé à terre sa couronne, une petite pochette et le ciboire rempli d’encens, et il s’est agenouillé, recueilli. Sa suite ou son armée veille à l’arrière, impassible et sévère. Le dessin des lances acérées se découpe dans un ciel menaçant.

Mais il vaut mieux que la scène s’arrête là, il faut que le peintre suspende son trait et range son pinceau. Car une chose est sûre, l’enfant malicieux s’apprête à tirer sur la barbe du vieillard. Cela le démange. Marie, toujours aussi sereine, ne se rend compte de rien, tandis que le garde avec son casque et sa cuirasse semble sur la défensive : pensez à ce désordre dans l’ordre du monde, à cette dérive facétieuse…

Ce serait comme ces extraits de tournage, à la fin d’un film très beau, ce qu’on appelle les « bonus », le moment ou les acteurs déraillent, attrapent un fou rire mal placé, se trompent de tirade ou se cassent la figure ! L’enfant tirerait sur la barbe de Melchior d’un coup sec. Le serviteur noir, à l’arrière, éclaterait de rire, tandis que l’autre, le soldat cuirassé à l’allure altière, garderait son air pincé et sévère. Marie se demanderait ce qui arrive et ses joues deviendraient aussi roses que sa chemise. Mais cette scène là serait coupée ensuite au montage et le temps d’une manipulation de technicien habile, tout rentrerait dans l’ordre…

27. Une grenade, une clochette d’or, une grenade… La Circoncision
la circoncision par Zurbaran

La Circoncision par Zurbaran

Le dernier tableau de la série des quatre Francisco de Zurbaran représente la scène de la circoncision du Christ. Marie et les anges ont disparu de la scène. Seuls des hommes entourent l’enfant Jésus. On pourrait superposer ce tableau au premier, celui de l’Annonciation. On y lirait une continuité : l’espace de lumière de l’Annonciation, comme une fenêtre ouverte entre deux colonnes très sombres, s’est inversé. C’est la colonne au milieu qui est à présent presque noire et impose sa présence massive, tandis que l’espace tout autour semble s’éclairer.

L’enfant a grandi. Il rit, comme s’il ignorait la douleur qu’il ressentira dans sa chair, dans un instant. Au premier plan, un petit serviteur apporte une aiguière (1) sur un plateau ciselé. Il nous regarde avec un œil un peu plus fermé que l’autre, étrange mimique familière des personnages de Zurbaran. Derrière lui, un autre personnage porte une bougie qui n’éclaire rien.
Le grand prêtre, vêtu de somptueux vêtements, officie. Au bas de sa robe se découvre une passementerie inspirée par la route de la soie. Plus bas, un décor de grenades et de clochettes d’or tinte doucement. On y reconnaît la robe d’Aaron, frère aîné de Moïse et premier grand prêtre d’Israël, décrite en Exode 28, 31-35 : « Puis tu feras la robe de l’éphod (2), toute de pourpre violette. Elle aura au milieu une ouverture pour la tête ; autour de l’ouverture, il y aura une bordure – travail de tisserand ; son ouverture sera comme celle d’une cuirasse, indéchirable.  Sur ses pans, tu feras des grenades de pourpre violette, pourpre rouge et cramoisi éclatant – sur ses pans tout autour – et parmi elles, des clochettes d’or tout autour : une clochette d’or, une grenade, une clochette d’or, une grenade, sur les pans de la robe tout autour ; elle sera sur Aaron quand il officiera ; le son des clochettes se fera entendre quand il entrera devant le Seigneur… »

Et cette fois encore, en tendant un peu l’oreille on entend le son du tableau : le bruit des ciseaux qui tombent sur le plateau, l’eau de l’aiguière qui s’écoule, le frou-frou des tissus précieux et le cliquetis subtil des clochettes.

(1) Une aiguière ou aquamanile est un récipient muni d’une anse et d’un bec destiné à contenir de l’eau. L’aiguière est souvent accompagnée d’un bassin ou d’un plateau creux. Aqua, en latin désigne l’eau.

(2) Ephod : pièce du vêtement sacerdotal, en forme de large ceinture chez les Hébreux.

Chapitres 26 et 27 du livre Décalage horaire (disponible sur demande, pas de frais de port).

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s