Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

L’enfance de Samuel

Poster un commentaire

Prophète Samuel enfant (15x17cm)

Prophète Samuel enfant (15 x 17 cm)

Samuel est un personnage biblique du XIe siècle av. J.-C. Ce prénom signifie « Dieu est son nom » mais est aussi en relation avec le verbe shael, « demander » ce qui marque le lien entre Samuel et Saül (shaoul ). Fête le 20 août.

Samuel est présent dans l’Ancien Testament (Livre de Samuel I et II) comme dans le Coran. Nommé 144 fois dans la Bible, son nom est donné aux deux livres qui conduisent de sa naissance à la fin du règne de David. Samuel est considéré comme le dernier des Juges d’Israël (Ac 13.20) et comme le premier des prophètes.

Attardons-nous sur son enfance. L’histoire se passe à Rama. Anne est l’épouse bien-aimée d’Elqana. Il a une autre épouse qui lui donne plusieurs enfants, mais, comme tant de femmes (de la Bible, mais pas seulement !), le malheur d’Anne est qu’elle n’a pas d’enfant. Pourtant, Elqana se rend chaque année au sanctuaire de Silo et fait tout ce qu’il peut pour consoler Anne : « Anne, pourquoi pleures-tu ? Pourquoi ne manges-tu pas ? Pourquoi as-tu le cœur triste ? Est-ce que je ne vaux pas mieux pour toi que dix fils ? » (1S 1, 8).

Anne supplie tellement le Seigneur que le prêtre, parfois, la croit ivre. Elle promet de donner son fils à Dieu si elle arrive a en avoir un. Et voilà, « Le Seigneur se souvient d’elle » (1S 19) et elle enfante un fils, Samuel.

Le Cantique d’Anne (1 S 2) et ses belles paroles, « J’ai le cœur joyeux et le front haut grâce au Seigneur », inspirera le Magnificat de Marie. Le parallèle entre l’enfance de Samuel et celle du Christ telle que Luc l’a dépeint, comporte de nombreuses ressemblances. Le chant d’Anne est l’un des premiers psaumes bibliques et résume les actions du Seigneur.

Anne prend le temps de sevrer son enfant puis l’amène au temple de Silo pour le consacrer à Dieu. Elle le confie au prêtre Eli dont les fils sont des « vauriens »  (1S 2, 12). Anne et Elqana ont d’autres enfants : trois fils et deux filles dit la Bible. « Quant au petit Samuel, il grandissait en taille et en beauté devant le Seigneur et devant les hommes » (1 S 2, 26).

La vocation de Samuel apparaît au chapitre 3 du premier Livre. Là, pendant la nuit, à trois reprises Dieu l’appelle et l’enfant pense que c’est Eli qui lui parle « Me voici, puisque tu m’as appelé ». Dieu lui parle et Samuel écoute…

Cet épisode n’est pas très fréquent dans l’art. Il est décrit dans une tapisserie de La Vie de la Vierge (XVIe siècle, cathédrale de Reims). Il est interprété comme une préfiguration de la présentation du Christ au Temple.

Par son écoute et sa disponibilité immédiate, Samuel fait penser à Abraham. « Samuel grandit (…) le Seigneur continua d’apparaître à Silo. Le Seigneur, en effet, se révélait à Samuel (…) » (1 S 3, 21).

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s