Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

La Sainte Famille

1 commentaire

Icône de la Sainte Famille 2015 (détail)

L’icône de la Sainte Famille est un modèle très apprécié… mais difficile à traiter, un de ceux dans lequel le sentimentalisme, la projection de nos émotions et de nos expériences, éloigne facilement de la tradition iconographique et de la justesse de la représentation. Beaucoup de modèles circulent, dans les boutiques et les monastères, d’une Sainte Famille dans laquelle un Joseph protecteur enlace tendrement le cou de Marie. Cette intimité charnelle et la posture dominante de Joseph sont contraires à ce qu’enseigne la théologie.

On peut trouver des compositions satisfaisantes en s’inspirant d’icônes de Fête comme la Présentation du Christ au Temple, icône sur laquelle Joseph porte des colombes.

Ce n’est pas un rêve de famille idéale qui est représenté mais l’écho d’une vie faite de l’acceptation de situations parfois impensables comme celles que chacun des trois personnages va vivre, situations parfois douces, souvent inattendues, parfois insupportables. Un peu comme ce que chacun d’entre nous traverse : le doux, l’inattendu et l’insupportable, et qu’il faut bien porter pour retourner toujours vers la vie.

Pour cette icône à la composition choisie après de longs échanges, j’ai choisi d’insister sur la position centrale du Christ, son geste de bénédiction et aussi sur les regards traités comme ils le sont le plus souvent dans l’icône de la Nativité, des regards qui nous portent, nous supportent et nous encouragent. Marie regarde Joseph, qui regarde l’Enfant, qui lui-même nous regarde : et nous prenons notre place dans l’icône,  avec tout ce qu’il nous faudra inventer de douceur, de bienveillance et de force…

icône de la Sainte Famille, 25 x 30 cm, 2015

« Marie, dans l’icône de la Nativité, est étendue sur un lit d’apparat. Elle est le plus souvent tournée vers Joseph comme pour regarder et réconforter le genre humain. Joseph, lui, est perdu dans ses pensées (…). Joseph est troublé et ne sait que penser de toute cette histoire. Peut-être Marie lui dit-elle avec son regard très doux et profond de ne pas s’inquiéter, de faire confiance. Peut-être lui dit-elle que la vie est là, plus forte que tout, plus forte que le doute et la mort. Marie vient de donner le jour, dans sa chair, à l’enfant Dieu. Mettre au monde un enfant constitue une aventure risquée et merveilleuse, un improbable pari. Chacun expérimente la maternité d’une certaine manière : nous donnons pareillement la vie à chaque fois que nous regardons l’autre, vraiment, comme Marie regarde Joseph. Ce regard crée, dans cette icône encore, une dynamique, un mouvement circulaire. Marie, en portant ce regard là, rend Joseph lui aussi créateur, à ses côtés. » Tiré de Le Regard de Marie dans l’icône, p. 65.

Voir aussi le commentaire du tableau  la Sainte Famille de Vasari.

 

 

Article du 23 novembre 2015

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Une réflexion sur “La Sainte Famille

  1. Ton texte est très beau, l’icône magnifique! Ce texte rejoint le travail que je viens de faire avec Pierre qui perd pied, il y a une cohérence qui est c elle de l’Evangile pour la vie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s