Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

La lutte de Jacob avec l’ange

Poster un commentaire

La lutte de Jacob avec l'ange, 24,4x32cm, 2016

La Lutte de Jacob avec l’ange, 24,4 x 32 cm, 2016

Le livre de la Genèse (32, 23-33) raconte la lutte entre le patriarche Jacob et un être mystérieux. Selon le prophète Osée, il s’agit d’un ange de Dieu, ou de Dieu lui même.

Jacob qui « regorge de biens » (Gn 30, 43) a entendu le Seigneur lui dire « retourne au pays de tes pères et de ta famille : je serai avec toi » (Gn 31, 3). Alors Jacob part avec toute sa famille (Gn 32, 23). Ils passent le torrent, le gué du Yabboq et Jacob reste seul, quand un homme « se roule avec lui dans la poussière » et lutte avec lui jusqu’au « lever de l’aurore ». À la fin, l’ange heurte Jacob à la hanche et le laisse boiteux. Mais Jacob peut dire : « J’ai vu Dieu face à face et ma vie a été sauve » (Gn 32, 31). C’est la nuit d’un combat décisif, une épreuve dont la Bible regorge.

Jacob a accompli et obtenu beaucoup de choses dans sa vie, une famille, des richesses et des droits… Ce combat se situe après la traversée d’un torrent qui porte presque son nom, dans une certaine peur de la rencontre prochaine avec son frère Ésau, tout son contraire. Jacob se sent sûr de lui, mais intérieurement, il est bancal. Il ressortira du combat blessé dans son corps, mais intérieurement accompli.

Et c’est ça l’histoire de Jacob : des moments de nuit ou de combat, alors que l’on pense « maîtriser » quelque chose, une lutte avec un adversaire qui n’en n’est pas un, puisque, au contraire, on en ressort « au petit matin » boiteux en apparence, mais vraiment là, prêt à reprendre la route.

« Rencontrer l’ « autre » en chacun de nous afin de rencontrer l’autre en ami à l’extérieur de nous, retourner nos propres haines afin de retourner sa haine, est le seul chemin que nous puissions prendre, la seule voie pour que les plaies du monde (…) s’arrêtent » (2)

J’ai utilisé pour le fond de l’icône du bleu turquoise véritable, pour le vêtement de Jacob, un bleu turquoise cobalt, pour l’ange un cobalt mat et enfin du lapis lazuli d’Afghanistan pour l’eau.

À ce propos, on peut lire :

(1) KAUFFMAN Jean-Paul, La Lutte avec l’ange, Gallimard 2002 à partir du tableau de Delacroix à l’église Saint-Sulpice de Paris.
(2) DE SOUZENELLE Annick , Le Symbolisme du corps humain, Espaces libres Albin Michel, 1984, p. 180.

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s