Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Le rose est-il féminin ? (l’émission du 21 mars)

1 commentaire

hortensia roseTout en nuances sur RCF Isère (103.7, chaque lundi à 8 h 35 et 11 h 10).

Après trois années à décliner les nuances du bleu, nous nous sommes attardés sur son contraire symbolique : le rouge. Nous terminons cette deuxième année par sa petite sœur, le rose et nous voilà partis pour un printemps dans cette tonalité. Le rose, on l’a évoqué, est aujourd’hui associé au féminin. Mais comme tous les codes de couleur, cette habitude est assez récente.

Pendant longtemps, les vêtements de la plupart des enfants ne sont pas teints, car ce procédé trop coûteux, est réservé à une élite. Le rose, au Moyen Âge, est la couleur des princes, tel une étape vers le rouge, une façon d’adoucir, par l’adjonction de blanc dans le rouge, une couleur de feu, guerrière et royale, réservée aux adultes.

hortensia bleuOn raconte que Napoléon III et Eugénie choisissent le bleu pour Louis, leur fils unique afin de le placer sous la protection de la Vierge. On a vu comment, peu à peu, après le Moyen Âge, le manteau de la Vierge passe, en Occident, d’un mélange de rouge et bleu qui évoquait à l’origine la terre mère, à une couleur de plus en plus pastel tirant vers le bleu. Alors, selon les pays et les époques, les codes changent et rien ne fixe cette répartition jusqu’au XXe siècle : bleu pour les garçon et rose pour les filles.

Kandinsky écrivait déjà en 1910 à propos du rose: « Cette couleur, qui devient intense par la seule adjonction de blanc, est très appréciée pour les toilettes des jeunes filles. »

De triste mémoire, le triangle rose était imposé aux homosexuels masculins enfermés dans les camps de concentration. Ce symbole a été repris ensuite dans les communautés homosexuelles des années soixante-dix, avant d’être remplacé par l’arc-en-ciel dont la première version comportait une bande rose en plus des sept couleurs. Un ruban rouge a été l’emblème de la lutte contre le sida, ruban devenu rose pour soutenir la lutte contre le cancer du sein.

On s’en doute, les études scientifiques montrent qu’il n’y a rien d’inné ni d’immuable dans cette répartition entre un bleu attribué aux petits garçons et un rose attribuées aux filles. Il n’en demeure pas moins que c’est la connotation de douceur de cette couleur, qui par rebondissement, a donné ce qui n’est qu’un code social. Une chose est intéressante à souligner : dans les deux cas et quel que soit le code, l’adjonction de blanc à une couleur vive, rouge ou bleue, est attachée à l’enfance, à l’innocence, à la douceur…

 

  1. KANDINSKY Wassily, Du spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier, Folio essais.
Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Une réflexion sur “Le rose est-il féminin ? (l’émission du 21 mars)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s