Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

L’archange Michel « que la paix soit avec toi, sois fort »

1 commentaire

larchange-michel-16x24-cm

Archange Michel, 16 x 24 cm, novembre 2016 (le dragon est recouvert d’un pigment de jade)

L’archange Michel, le plus grand des anges, le « chef des armées célestes » est un ange guerrier, à n’en pas douter. Brandissant une épée, terrassant un dragon (Ap 12, 7-9), combattant les anges rebelles et les forces du mal, il est sur tous les fronts ! Il est même psychopompe, c’est-à-dire qu’il conduit les morts et pèse les âmes ! Son nom signifie : Fort comme Dieu (en hébreu, mi-ka-El, qui est comme Dieu).

Alors évidemment, j’ai eu plus souvent tendance à représenter ou à invoquer les doux, les guérisseurs, les protecteurs comme Gabriel, Raphaël et tous les anges gardiens. Et pourtant, j’ai été frappée par ce passage du livre de Daniel : « Ne crains pas (…) Que la paix soit avec toi ! Sois fort ! Sois fort » (Dn 10, 18) et j’ai mieux compris le sens paradoxal et constructeur du personnage de Michel : guerrier de la lumière, il rayonne de puissance, de force et en même temps de paix. Le paradoxe de l’amour capable de combattre les forces négatives… Son regard, à la fois doux et déterminé, est capable de transformer l’ombre en lumière. Si l’épée symbolise le combat, elle est aussi l’axe, la capacité de centrage, d’équilibre, de stabilité et de verticalité, la force intérieure. Ainsi, Michel apparaît tout arqué, tendu, presque en déséquilibre, et en même temps complètement stable, ancré : il me fait penser au danseur, à ces maîtres en art martial à la fois sages et calmes, bienveillants, et qui dégagent une force extrême.

Le Livre de Daniel est le seul, dans l’Ancien Testament, à citer Michel (chapitre 10) et l’appelle « un des premiers princes ». Michel y apparaît avec les fonctions qu’il conserve dans la littérature apocalyptique : représentant, patron, protecteur, combattant les forces de ténèbres.

Il est aussi cité dans la littérature de Qumran et dans d’autres passages bibliques (il serait celui qui barre la route à Josué près de Jéricho et lui transmet sa force.)

Dans l’Apocalypse, Michel reste le protecteur et le chef des anges. Il lutte dans le ciel avec le Dragon (12, 7). L’épître de Jude le cite explicitement au verset 9.

On rattache parfois le culte de saint Michel à celui de dieux de l’Antiquité comme Anubis, Hermès, Mercure et on l’associe à Wotan (Odin)…

En Occident, le culte de saint Michel se développe à partir des Ve et VIe siècles. Sa fête, le 29 septembre, commémore probablement la dédicace de l’Église Saint Michel et tous les anges à Rome. Les églises et chapelles qui lui sont dédiées deviennent innombrables autour de l’an mil, souvent situées sur les hauteurs pour ce personnage céleste. Plus de deux cents communes françaises portent son nom.

Sa couleur dominante est le rouge.

Lorsqu’il combat le dragon, il est à pied (Raphaël, 1505, Paris, Louvre) ou dans les airs, ce qui permet de le distinguer de saint Georges, presque toujours à cheval. Lorsqu’il pèse les âmes, Michel ressemble davantage à un ange qu’à un chevalier et tient souvent lui-même la balance.

Il est le patron des chevaliers et des escrimeurs et aussi des épiciers (à cause de la balance !).

Article du 5 novembre 2016

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Une réflexion sur “L’archange Michel « que la paix soit avec toi, sois fort »

  1. Pingback: Le jade (l’émission du 24 octobre) | Elisabeth Lamour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s