Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Le « Refuge », Marie « kataphygi » et saint Jean

1 commentaire

vierge-kataphygi

Pogovano, icône à deux faces, 93 x 62 cm

Le modèle d’origine est une icône bulgare de 1395 : elle date de la période dite des « Paléologues », plein épanouissement de l’iconographie byzantine.

On me demande souvent selon quelle logique je choisis mes modèles. La plupart du temps, j’alterne une commande avec une icône retenue selon l’inspiration du moment. Je prends le temps de tourner les pages des livres, de regarder les modèles, avant de m’arrêter sur celui qui me « parle » vraiment. C’est seulement pendant la réalisation, ou après, que je comprends le sens de mon choix, à ce moment-là.

L’icône représente Marie et saint Jean, côte à côte, élancés, dans une posture de verticalité. Marie, toute jeune femme, est vêtue d’un maphorion bleu, le corps gracile, le visage incliné d’une tristesse pudique, tandis que saint Jean, âgé, « solide » semble être celui qui réconforte.

 

le-refuge

15 x 25 cm, 2016

Les interprétations sont diverses. Certains auteurs font le parallèle avec l’icône de la Crucifixion dans laquelle de part et d’autre de la croix, Marie et saint Jean sont là, debout, malgré l’inacceptable, l’insensé de la douleur qu’ils viennent de partager. Le Christ vient de les confier l’un à l’autre. Ici, la croix est remplacée par le vide de l’absence. Saint Jean, d’un geste de la main, semble entraîner Marie, comme pour lui dire « allons, continuons la route » et déjà, son pied droit s’avance.

Pourtant, si cette interprétation est juste, on peut aussi situer la scène beaucoup plus tard, quand la Vierge trouve refuge auprès de saint Jean âgé (comme sur l’icône) à Éphèse. En réalité, les deux scènes se mélangent et l’icône n’a que faire de la chronologie. Seul compte le sens, le sens de toute une vie.

Le regard de Marie est tourné vers saint Jean. Lui, accompagne son geste d’un regard tourné vers nous, comme s’il nous la confiait… ou nous confiait à elle. D’un point de vue théologique, c’est Marie qui est appelée « refuge pour tous ceux qui sont dans la douleur ». Ce titre revient sans cesse dans les canons et hymnes. Chacun prend sa place dans la dynamique circulaire de l’icône. On ne sait plus très bien qui réconforte l’autre, qui est le refuge (on peut aussi traduire l’asile) pour l’autre, qui soutient l’autre.

Tout en peignant cette icône, j’ai pensé à beaucoup de choses ; des souvenirs et des sentiments se sont entremêlés. J’ai revu la maison de la Vierge à Éphèse, un été de mer, d’enfance et de lumières, et ces femmes musulmanes qui venaient confier à Marie quelques confidences, bien souvent lui murmurer leur désir d’enfant. J’ai pensé à quelques chagrins qu’il fallait encore une fois traverser et vivre debout, s’encourageant les uns les autres, se portant par le geste, le regard et la fraternité. J’ai surtout pensé à tous ceux qui « cherchent refuge » et combien consoler, protéger, accueillir, prendre soin de l’autre, c’est aussi prendre soin de soi et du monde.

Article du 19 janvier 2017

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Une réflexion sur “Le « Refuge », Marie « kataphygi » et saint Jean

  1. Je connaissais Marie dans cette attitude, mais pas avec saint Jean, la scène est très belle! Ton icône me parle beaucoup.
    Le texte me touche profondément…merci! Annie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s