Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

La Vierge de Tolga

Poster un commentaire

Vierge de Tolga

Vierge de Tolga sur planche de bois de bouleau, 15 x 20 cm, 2017

Et voici encore un modèle d’icône de Vierge à l’enfant, à l’histoire et aux variantes inépuisables. Ce modèle, pour moi, est celui de l’élan de l’Enfant vers sa Mère, manifesté par la position des mains comme par celle des jambes.

L’Enfant est porté à gauche et sa main droite se glisse en un élan autour du cou de la Vierge. Leurs deux joues sont doucement penchées l’une vers l’autre. L’Enfant se tient quasiment debout sur les genoux de sa mère et ses pieds amorcent un mouvement, comme un pas. La Vierge montre l’Enfant d’une main et le porte ou le soutient de l’autre, et son regard, bien sûr, se tourne vers nous, comme pour nous inclure dans la scène : cet Enfant qui vient vers Elle vient aussi vers chacun d’entre nous.

Le nom de l’icône est relié à l’histoire de son apparition le 8 août 1314 à l’évêque de Iaroslav (également connu sous le nom du moine Triphon).

La légende raconte que lors d’une visite dans son diocèse, l’évêque s’arrête pour dormir à la belle étoile sur le bord de la rivière Tolga, non loin de la confluence avec la Volga. À minuit, il est réveillé par une intense lumière provenant d’une colonne de feu de l’autre côté de la rivière. Il prend sa crosse et se hâte de traverser le pont. On dit quelquefois qu’il n’y avait même pas de pont et que l’évêque, ébloui, marchait sur l’eau. S’approchant de la lumière, il voit une icône de la Vierge, juste au-dessus, « dans les airs ». Il reste longtemps en prière, inondé de larmes devant cette vision miraculeuse. Puis il rentre, en oubliant sa crosse. Le lendemain, il s’aperçoit de son oubli et se dit aussi que c’est l’occasion de partager sa vision : il envoie alors des personnes la rechercher : celles-ci reviennent en racontant qu’elles ont rencontré l’icône dans les bois, avec la crosse à ses côtés.

Un monastère est fondé peu après, dans lequel l’icône est conservée (elle est aussi passée par la galerie Tretiakov) et de nombreux miracles et des guérisons s’y réalisent (même la résurrection d’un jeune enfant ?). On raconte qu’elle a été sauvée miraculeusement d’un incendie.

On distingue 3 variantes de ce modèle :

  • Le modèle d’origine est une Vierge assise sur un trône recouvert d’un coussin orné de riches broderies. Le dossier très travaillé est formé de deux rangées de colonnes en arceaux. Parfois on remarque deux anges à l’arrière.
  • En buste, le modèle de référence se trouve au musée de Iaroslav.
  • Dans la même posture mais avec les jambes de l’enfant croisées, l’icône de référence se trouve au musée russe de saint Petersburg.

Fête le 8 août.
Remarquons que ce modèle est très proche de la Mère de Dieu de Féodor, dans l’autre sens.

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s