Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Sainte Douceline de Hyères

1 commentaire

Sainte Douceline

Sainte Douceline, icône sur tilleul 15 x 18 cm, 2017

En préparant une exposition à Hyères, j’ai cherché qui est la sainte patronne de la ville. J’ai découvert l’histoire attachante de Douceline, mais aucun modèle d’icône. J’ai pris le temps, comme à chaque fois, de relire son histoire, de me documenter sur l’habillement des béguines à cette époque… et je peux maintenant vous présenter sainte Douceline.

Née à Digne vers 1214, Douceline grandit à Barjols. À la mort de son père, elle rejoint son frère, Hugues de Barjols (futur bienheureux), à Hyères.

La très jeune fille s’occupe de la maison tout en s’imprégnant de l’esprit franciscain qui souffle sur la ville. Elle vit simplement, dormant sur la paille, consacrant sa vie aux pauvres et aux malades. Bientôt suivie par d’autres femmes vouées à la charité, elle est conseillée par Hugues, lui aussi très influencé par les franciscains. Douceline adopte l’habit de « béguine » et c’est ainsi que se forme à Hyères une petite communauté, qu’on appelle « les Dames du Roubaud», du nom de la rivière près de laquelle elles se réunissent pour prier.

En 1240, toujours guidée par son frère, elle prononce des vœux de virginité et de pauvreté, imitée par d’autres Dames qui lui donnent le nom de « Sainte Mère » puisqu’elle dirige les prières, les offices et les activités de la communauté. En 1250 Hugues installe un couvent à Marseille et invite sa sœur à le rejoindre pour y créer une autre « Maison du Roubaud ». Il meurt en 1256.

Douceline voit sa nouvelle communauté marseillaise s’étoffer rapidement et sa réputation grandir. Protectrice des pauvres, elle devient aussi une conseillère habituelle de la Cour qui ne manque pas de solliciter ses avis ou sa présence dans les moments difficiles. Ses extases durant les offices contribuent à attirer à elle ceux qui ont confiance en sa puissance d’intercession ; on lui attribue des miracles.

Elle meurt le 1er septembre 1274 à l’âge de 60 ans entourée de sœurs et de frères franciscains, épuisée d’avoir dépensé toute son énergie à la prière et au service des démunis.

Saint Louis d’Anjou, dans son testament, demande à être inhumé auprès de Hugues et de Douceline. Le corps de Douceline repose d’abord près de celui de son frère dans une église située hors des remparts de Marseille. Leurs ossements sont ensuite transportés à l’église appelée Vieille Major, détruite lors de la construction de la cathédrale. On sait que les restes des évêques du passé ont alors été rassemblés et répartis dans les tombeaux des autels, et on peut imaginer que s’y trouvent les reliques de Douceline.
Le tombeau de sainte Douceline aurait été le siège de nombreux miracles.

Sa vie  est connue par un manuscrit, La Vida de la benaurada sancta Doucelina, rédigé en occitan en 1297.

Il y a une église Sainte-Douceline à Hyères, ville dont elle est la sainte patronne.

Article du 18 août 2017

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Une réflexion sur “Sainte Douceline de Hyères

  1. Pingback: CatholicSaints.Info » Blog Archive » Blessed Douceline of Digne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s