Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Le peintre de Salamine : Georges Marcos

2 Commentaires

Nous suivons les traces de l’archéologue Adolphe-Napoléon Didron, qui publie Le Guide de la peinture en 1845. Après un premier tour d’horizon à Athènes et à travers la campagne de Grèce, il acquiert enfin l’impression d’entrevoir les règles fondamentales régissant l’iconographie byzantine (voir l’article précédent : Le voyage de Didron). Ainsi poursuit-il son voyage et ses recherches, intrigué par la grande cohérence qu’il découvre dans la peinture byzantine.

fresque Varlaam, météores 16°, peintre Castenallo.JPG

Fresque du monastère de Varlaam aux Météores datant du 16°siècle, probablement peinte par Castenallo (photo prise en 2009 lors d’un voyage avec le Centre Théologique de Meylan/Grenoble). Saint Jean Damascène y tient la fameuse « banderole » dont parle Didron.

À Salamine, il admire la grande église du monastère de la Panaghia-Phanéroméni, couverte de fresques aux détails et au foisonnement presque étourdissant. Il compare Salamine et Chartres, relevant de singulières analogies, comme la place du jugement dernier, à l’entrée contre la paroi occidentale, alors qu’une grande Vierge à l’enfant se tient à l’orient, au fond de l’abside. À Salamine, comme à Chartres, l’Ancien Testament se déploie sur le côté gauche de l’église et le Nouveau, sur le côté droit. Il constate que chaque personnage est représenté exactement de la même façon que dans les églises qu’il a découvertes précédemment. Il relève que les saints, Jean-Damascène, Grégoire de Naziance, Basile, Jean-Chrysostome et beaucoup d’autres, portent ce qu’il appelle des banderoles sur lesquelles figurent des extraits de leurs écrits ou de leur histoire.

Mais notre archéologue ne croit absolument pas qu’un homme seul ait pu réaliser ce travail colossal, allier une telle maîtrise artistique et autant de solides connaissances historiques et théologiques.

Écoutons son commentaire :

« Quel homme devait être ce peintre de Salamine pour avoir accompli une pareille entreprise ! Je ne revenais pas de mon étonnement, que mes compagnons partageaient au plus haut degré. J’interrogeai les moines du couvent, surtout les plus instruits, et je n’en pus rien tirer. Enfin, sur la paroi occidentale de l’église, à l’intérieur, je vis une inscription que portait un ange peint, et dont voici la traduction : 1735, ce temple vénérable et sacré a été peint…..par la main de Georgîos Marcos (…) avec l’aide de ses élèves, Nicolaos (…), Georgakis et Àntonis.

Qu’était-ce que ce Georges Marc ? Un grand homme assurément. Sa patrie est Argos, d’où j’arrivais, et qui est à deux journées seulement de Salamine ; il peignait en 1735, à cent quatre ans seulement du jour où je faisais des questions sur lui et sur ses élèves, et personne ne put me répondre. Cependant j’étais à Salamine, dans l’église même où il avait dû passer sa vie, et je m’adressais à des moines dont les prédécesseurs immédiats avaient été les contemporains du peintre.

Rentré dans Athènes, je pris, auprès des hommes les plus instruits, des informations sur Marc d’Argos et ses trois élèves : toutes mes questions restèrent sans réponse. »

Et voilà, nous quittons pour aujourd’hui Adolphe-Napoléon, un archéologue qui n’est pas au bout de ses interrogations ! À suivre avec l’article La rencontre avec Joasaph

Cet article a été le support d’une émission hebdomadaire intitulée Carnets de peinture et diffusée de septembre 2017 à juin 2019 sur RCF Isère. Dans l’esprit du carnet de voyage, l’émission nous faisait entrer dans les coulisses d’un art aujourd’hui bien vivant, qu’on peut appeler l’« art sacré traditionnel » (peinture de l’icône, fresque, enluminure, calligraphie, mosaïque, taille de pierre, orfèvrerie, vitrail…).  On peut retrouver certains podcasts  ici

Article du 2 octobre 2017 mis à jour le 16 février 2021

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

2 réflexions sur “Le peintre de Salamine : Georges Marcos

  1. Pingback: Le voyage de Didron | Elisabeth Lamour

  2. Pingback: La rencontre avec Joasaph au Mont Athos (émission du 9 octobre) | Elisabeth Lamour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s