Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Les pinceaux en soie de porc (émission du 30 avril)

Poster un commentaire

Chaque lundi à 11 h 05 sur RCF Isère (103.7), retrouvez la série d’émissions intitulée Carnets de peinture. Dans l’esprit du carnet de voyage, entrons dans les coulisses d’un art aujourd’hui bien vivant, qu’on peut appeler l’« art sacré traditionnel ». Il concerne, entre autres, la peinture de l’icône, la fresque, l’enluminure, la calligraphie, la mosaïque, la taille de pierre, l’orfèvrerie ou le vitrail… Tous les « épisodes » précédents sont sur ce site à la rubrique « actualité » ; les liens avec les podcast sont ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERALes méthodes pour fabriquer nos pinceaux ont évolué avec le temps, mais les matières sont toujours un peu les mêmes : pinceaux en petit-gris et en martre pour le travail délicat, poil de porc ou de poney pour les tâches plus grossières. Cennino Cennini nous livre, au chapitre 65 du Livre de l’art, sa méthode pour fabriquer les pinceaux en soie de porc :

« Prends d’abord des soies de porc blanc, car elles sont meilleures que les noires ; mais fais en sorte qu’elles proviennent d’un porc domestique. Fais-en un gros pinceau où il entre un livre de ces soies ; attache-le à un assez gros manche par une boucle ou un nœud (…). Et ce pinceau doit être assoupli en badigeonnant les murs, en mouillant ceux que tu dois enduire ; assouplis-le jusqu’à ce que les soies deviennent très douces. Défais ensuit ce pinceau et fais-en autant de divisions que tu veux d’espèces de pinceaux. Fais-en certains de manière que les pointes de toutes les soies soient bien égales : on les appelle pinceaux émoussés ; fais-en qui soient pointus, de toutes les grosseurs. Prépare ensuit une baguette de ce bois que je t’ai indiqué ci-dessus et attache chaque petit bouquet avec du fil double, enduit de cire. Fais entrer la pointe de cette baguette dans le paquet et attache bien également ce paquet de soies, à la moitié de sa longueur et plus haut sur la baguette (…) »

Après cela, Cennini donne encore quelques indications sur la meilleure façon de bien conserver ses pinceaux. Il préconise de les passer dans l’argile avant de les rincer à l’eau claire pour éviter qu’ils ne s’abîment, ne perdent leurs poils ou ne soient « mités ». C’est aussi un de nos soucis : les beaux pinceaux sont très fragiles et il faut les laver pour enlever toute trace de peinture, puis les entreposer très soigneusement afin de prolonger leur vie.

Ainsi se terminent les indications relatives à la fabrication des pinceaux, en même temps que se clôture, comme Cennini le précise, la deuxième partie du Livre de l’art.

Article du 30 avril 2018

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s