Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Le giallorino ou « jaune de Naples » (émission du 18 février)

Poster un commentaire

Chaque lundi à 11 h 05 sur RCF Isère (103.7), retrouvez la série d’émissions intitulée Carnets de peinture. Dans l’esprit du carnet de voyage, entrons dans les coulisses d’un art aujourd’hui bien vivant, qu’on peut appeler l’« art sacré traditionnel ». Il concerne, entre autres, la peinture de l’icône, la fresque, l’enluminure, la calligraphie, la mosaïque, la taille de pierre, l’orfèvrerie ou le vitrail… Tous les « épisodes » précédents sont sur ce site à la rubrique « actualité » ; les liens avec les podcast sont ici

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAprès l’ocre jaune, Cennino Cennini, dans son Livre de L’art, passe à la description des tonalités de jaunes du Moyen Âge : le giallorino, l’orpiment, le réalgar, le safran et l’àrzica. Comme toutes les couleurs, le jaune véhicule deux significations opposées : la lumière dans sa face positive, la trahison et le mensonge de l’autre côté. La réputation négative (sulfureuse ?) de cette couleur tient peut-être à la toxicité de la plupart des jaunes médiévaux, à l’espérance jamais vraiment réalisée de les voir égaler l’or, à leur façon de s’éteindre au moindre ajout de noir… Dans l’histoire de la peinture, il faut attendre les impressionnistes pour que le jaune se hisse sur le devant de la scène.

La couleur que Cennini appelle giallorino (on dit aussi « giallolino ») ou jaune antimoine est un mélange complexe d’antimoine et d’oxydes de plomb. On lui donne aussi le nom de jaune de Naples puisque le minerai brut aurait été extrait assez précocement du tuf volcanique provenant de la lave du Vésuve. Cennino Cennini accorde crédit à cette tradition puisqu’il décrit le giallorino comme « une pierre, originaire des grandes montagnes brûlantes » ; mais depuis très longtemps, on fabrique également cette couleur artificiellement.

On trouve trace du giallorino dès le 2e millénaire avant J.-C. : il s’agit probablement du seul pigment jaune utilisé dans les céramiques et dans l’art du verre en Égypte ancienne et en Mésopotamie. Il s’éclipse à la fin de l’Antiquité pour refaire parler de lui, à la fin du Moyen Âge. On l’utilise dans l’enluminure et la peinture, mais les informations concernant cette couleur sont incertaines. Certains affirment qu’il s’agit d’un produit naturel trouvé à proximité des mines de soufre ou sur les bords des volcans. D’autres décrivent des procédés de fabrication contradictoires et fantaisistes. Cennini en dit lui-même peu de choses, si ce n’est qu’on peut préparer artificiellement le giallorino, sans avoir recours à l’alchimie.

Cennini le décrit comme « un très joli jaune » avec lequel on réalise « de beaux feuillages et des teintes d’herbes ». Bien fabriqué, le pigment s’avère très solide, assez couvrant, et stable à la lumière. La seule altération mentionnée est un noircissement au contact du fer. C’est pourquoi, les anciens recommandent de broyer le pigment avec une pierre comme le porphyre, et de ne pas l’appliquer au moyen d’un couteau ou d’une spatule en acier.

Aujourd’hui, l’appellation jaune de Naples désigne une teinte plutôt qu’une composition chimique, laquelle serait bien trop toxique. Le substitut actuel est un mélange d’oxyde de zinc et de dioxyde de titane, qui produit une très jolie tonalité jaune clair, légèrement rosée, et occupe une place de choix sur la palette des amoureux de peinture à l’huile.

Nous découvrirons, la semaine prochaine, des jaunes médiévaux encore plus toxiques !

Article du 18 février 2019

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s