Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Les anges musiciens

1 commentaire

 

Anges musiciens, Chaise Dieu 3

À la Chaise-Dieu

J’avais découvert, lors d’un séjour hivernal à la Chaise-Dieu en 2009, une série d’anges musiciens qui m’avait beaucoup séduite. Dans l’ancienne abbaye bénédictine à l’architecture gothique, on trouve en effet, sculptée, une série d’anges musiciens accompagnés par sainte Cécile et le roi David : bref, tout ce que l’iconographie propose de figures musiciennes !

J’ai cherché bien sûr dans mes textes bibliques et n’ai pas trouvé grand-chose à propos des anges musiciens, si ce n’est un passage de l’Apocalypse (8, 2) : « Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu. Il leur fut donné sept trompettes… ». La suite du récit est moins poétique, puisqu’il s’agit du récit « apocalyptique » d’une fin des temps dont chaque trompette annonce une étape plus terrible que la précédente.

Bref, je voulais trouver quelque chose de plus plaisant reliant les anges et la musique et il me fallait donc chercher ailleurs ; comme d’habitude, j’ai commencé par peindre…

Ange musicien

Icône sur tilleul, 16,5 x 21,5 cm, 2020 : auréole en or, instrument en blanc d’argent et fond à base de thulite (une variété de manganèse rose)

J’ai consulté ma documentation en histoire de l’art et ai réalisé que le thème des anges musiciens est presque étranger au Moyen Âge et donc absent des constructions romanes et a fortiori des églises byzantines (la musique instrumentale est absente des liturgies orientales). Dans l’iconographie médiévale, seul, le roi David est parfois représenté avec un instrument. On trouve en Occident de rares exceptions comme à l’église Saint-Nicolas de Civray dans le Poitou. Là, des anges aux ailes déployées semblent louer Dieu en jouant des instruments de l’époque : viole, flûte de pan, clochette, flûte, vielle, olifant, harpe trigone, tympanon, triangle ou sistre. L’ensemble date des XIIe et XIIIe siècles.

On peut donc dire que la représentation des anges musiciens est une tendance très occidentale, qui fleurit pendant la période gothique et atteint son apogée au XVe siècle. Un coup d’arrêt est donné par le Concile de Trente au XVIe siècle, qui calme l’enthousiasme pour ce type de figuration et préconise de les réduire. Mais la Renaissance, surtout en Italie, continue à exploiter le thème.

Ce développement va de pair avec l’essor du culte marial. Les anges semblent ne plus pouvoir s’arrêter de lancer vers les cieux leur musique divine pour louer la Mère de Dieu. Ils sont omniprésents dans les scènes de l’Assomption ou du Couronnement de la Vierge et symbolisent le bonheur réservé aux élus, la joie du paradis !

Ces louanges se portent peu à peu sur le Christ lui-même, et le Christ en Gloire est à son tour entouré d’anges musiciens. Ainsi le Retable de Fiesole, réalisé par Fra Angelico vers 1430, fait apparaître une trentaine d’anges instrumentistes.

Ce phénomène va de pair avec le déploiement de la musique sacrée occidentale, l’apparition de nouveaux instruments et le développement d’une musique polyphonique destinée à donner un avant-goût de la joie céleste. La variété des instruments représentés devient vite incroyable, au fil de leur popularité. Au tout début, seuls le cor ou l’olifant semblent à l’honneur. Très vite, on privilégie les instruments à sonorité réputée… angélique, c’est-à-dire douce comme la harpe, le psaltérion, le luth, l’orgue, la vielle à archet ou même le triangle.

On trouve aussi représentés les instruments que les artistes rencontrent autour d’eux : la flûte à bec, la flûte à une main, les cloches, les cymbales, ainsi que ceux à fort volume sonore comme la cornemuse, la chalemie (famille du hautbois), les trompettes et buisines. Des instruments nouveaux apparaissent et trouvent leur place dans les mains des anges : trompette à coulisse, viole de gambe, instruments à cordes, claviers et même… guimbarde ou grosse caisse !

Certains choix véhiculent un sens symbolique : ainsi, chacun des douze instruments de la crypte de Saint-Bonnet-le-Château est lié à un signe du zodiaque ! 

Parfois, des textes sont inscrits sur les phylactères tenus par les anges et fournissent de précieuses indications sur le répertoire à l’honneur à l’époque.

On trouve ces anges musiciens dans tous les domaines de l’art sacré occidental. En sculpture, l’art ogival, particulièrement dans sa période flamboyante, s’en donne à cœur-joie, tout comme les sculpteurs de la Renaissance en Italie ; Donatello est le prince de cette tendance. Le thème pointe son nez dans les enluminures au XIIe siècle en Angleterre pour atteindre son apogée au XVe siècle.

Il est présent dans le vitrail depuis le XIIIe siècle et s’épanouit ensuite. L’exemple le plus frappant est peut-être la rosace nord de la cathédrale de Sens représentant le Concert céleste avec le Christ au centre. Soixante-deux anges musiciens jouent de trente-deux instruments différents. Sur fond rouge se trouvent plutôt les instruments des grandes cérémonies et sur fond bleu, les instruments de chambre. Ce sont évidemment ceux de l’époque : viole, harpe, luth, cor, flûte, etc.

Les exemples d’anges musiciens foisonnent au XVe siècle dans les fresques et la peinture, surtout dans l’Italie de la Renaissance. On peut citer l’ensemble de Melozzo da Forli provenant de la voûte de l’abside de l’église des Saints-Apôtres à Rome. Mais la prédilection pour cette représentation dépasse très souvent les frontières de l’Italie. Je pense à la fresque sur fond rouge de la cathédrale Saint-Julien du Mans avec de nombreux anges qui portent chacun un instrument différent, ou aux grands retables comme celui de la cathédrale Saint-Bavon de Gand réalisé par Van Eyck.

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Une réflexion sur “Les anges musiciens

  1. Pingback: Le rose thulite | Elisabeth Lamour

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s