Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Sainte Émérentienne (Émérance), « sœur de lait » de sainte Agnès

Poster un commentaire

Emérentienne

Icône sur bois de bouleau, 11,5 x 24 cm, 2020

Je ne me serais jamais penchée sur ce personnage sans une commande destinée à une petite fille. J’aime beaucoup partir à la rencontre d’un être qui m’est absolument inconnu, avec l’impression de redonner souffle dans l’espace de mes coups de pinceaux, à une personne, à son histoire, ses émotions, son amour ; le fil de soie.

Selon la légende, Émérentienne (ou Émérance) était la fille de la nourrice de sainte Agnès et se sentait très proche de sa « sœur de lait ». Convertie au christianisme par son exemple, elle assista au martyre d’Agnès, et après sa mort, allait chaque jour se recueillir sur sa tombe. C’est ainsi qu’elle fut reconnue comme chrétienne, puis lapidée en l’an 304 près du tombeau de sa chère Agnès.

La vénération pour Émérentienne est importante dans le Maine-et-Loire, mais dépasse bien sûr ces frontières. Je sais qu’une église lui est dédiée à Pellouailles-les-Vignes, un des berceaux de ma famille !

Elle est inhumée aux côtés de sainte Agnès dans la Basilique Sainte-Agnès hors les murs à Rome.

Émérentienne est invoquée pour guérir les maux de ventre. On raconte que le roi Louis XI, alors qu’il chassait en forêt, fut pris de coliques. Il l’invoqua, et en remerciement de sa prompte guérison, fit construire une chapelle à La Pouëze (Maine-et-Loire).

Émérentienne est représentée portant les cailloux de sa lapidation dans son tablier.

Voici quelques dictons populaires d’origine angevine.
« Sainte Émérance qui guérit le mal de la panse » ;
« Pour Sainte Émérance l’hiver danse » ;
« Pour la Sainte Émérance, les jours se rallongent d’une aune de ganse ».

On trouve ce texte dans la Légende dorée de Jacques de Voragine (XIIIe siècle) au chapitre concernant sainte Agnès : « Sainte Agnès avait une sœur de lait nommée Émérentienne, vierge pleine de sainteté, et qui se préparait à recevoir le baptême. Or, cette jeune fille se tint debout devant la sépulture d’Agnès, et se mit à invectiver les païens qui l’avaient tuée (…) Le corps d’Émérentienne fut enseveli auprès de celui de sainte Agnès. Et, huit jours après, comme les parents de celle-ci veillaient autour du tombeau, ils virent un chœur de vierges en robes d’or. »

Fête le 23 janvier

Article du 7 mars 2020

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s