Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

« Fleur bleue »

1 commentaire

Il aura suffi que je découvre chez mon amie Annie une fleur d’un bleu intense, pour que me vienne l’envie de publier cet article resté en attente. Comme le dit Colette (article à suivre) : « Le Créateur de toutes choses s’est montré un peu regardant quand il a distribué chez nous les fleurs bleues ».  Chacune, avec son histoire et sa gamme de tonalités, suscite une émotion ou évoque quelque souvenir.

Delphinium sur « La larm e» d’Annie, à Balbins 38 (Pois de senteur au premier plan)

Dans le langage des fleurs, le bleu pâle exprime la tendresse et l’innocence. Il faut remonter au début du XIXe siècle et au jeune écrivain allemand, Novalis, pour trouver l’origine de l’expression « fleur bleue ». Dans un roman inachevé, il évoque la légende d’un trouvère médiéval qui, parti à la recherche d’un idéal, découvrit la fleur bleue, symbole de la poésie. On parle de « la fleur bleue du romantisme ».

En traversant le Rhin, la fleur bleue change de sens ; elle abandonne le registre de la poésie pour être associée à une sentimentalité mêlée de naïveté. Le bleu peut aussi évoquer la jeunesse, car un « bleu » désigne un débutant, un novice. 

Bien qu’assez rares, les fleurs bleues existent dans la nature. Citons la glycine, le lin, l’iris, le glaïeul, la pervenche et le pétunia, la lavande, le lilas, le bleuet, la fleur de sauge et de bourrache, le myosotis, le muscari, le lupin, le géranium de l’Himalaya… ou le delphinium. L’hortensia, lui, tire sa couleur caractéristique des sols d’ardoise. Quant à la vigne vierge à fruits bleus, plante grimpante ligneuse originaire de Chine, elle est cultivée comme plante ornementale pour ses raisins aux couleurs remarquables allant du mauve au bleu turquoise.

On trouve également des fruits bleus comme celui du genévrier commun utilisé en condiment, la mûre, la myrtille, l’orcette ou myrtille des marais, certaines airelles, la prune, le pruneau et la prunelle. 

Le bleuet, sorte d’airelle à feuilles étroites, est une myrtille arbustive de grande taille qui pousse au Canada, en particulier dans la région du lac Saint-Jean. Les anthocyanosides lui donnent sa couleur bleu foncé caractéristique. Ce petit fruit serait une des vedettes montantes de l’alimentation thérapeutique, un puissant antioxydant réputé pour son action sur la mémoire, la vision et la fatigue oculaire. 

Pour moi, ces fruits évoquent la cueillette des baies bleues cachées sous le tapis moussu dans la lumière rasante des pays du Nord. Une barque passe, et le clapotis des rames chante avec le silence. 

Cet article a été l’objet d’une émission sur RCF Isère le 16 janvier 2012 ; il constitue le chapitre 21 du livre, Bleu intensément et été mis à jour le 11 juillet 2020.

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Une réflexion sur “« Fleur bleue »

  1. Quelle bonne idée de nous permettre de relire tes chroniques si intéressantes

    Envoyé de mon iPhone

    Envoyé de mon iPhone >>

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s