Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Vermeer et le bleu

Poster un commentaire

Johannes Vermeer naît à Delft en 1632 et meurt, épuisé, à 43 ans. Son travail se différencie peu, au premier abord, de celui des autres artistes de son temps. Il dispose des mêmes liants, de la même palette et en particulier des mêmes bleus. À l’époque, la seule innovation importante dans le domaine des pigments repose sur l’utilisation du jaune de Naples, jusqu’alors réservé aux arts du feu.

Le génie de Vermeer est ailleurs ; il réside dans sa façon d’inventer, de superposer les couleurs, de faire vibrer la lumière, de peindre des espaces intimes, d’en dégager la sérénité et de suspendre le temps.

La jeune fille à la perle

Vermeer travaille lentement, avec méticulosité, ne réalisant guère plus de trois tableaux par an. Il est, par excellence, un peintre du bleu et aucun autre artiste du XVIIe siècle n’utilise autant que lui l’outremer naturel, à savoir le lapis-lazuli.

Il joue des mélanges entre les couleurs : claires ou sombres, pigments coûteux ou courants. Ainsi, pour les fonds et surtout pour les ciels qu’il aime tant peindre, il associe l’azurite et le smalt. Il recouvre ensuite l’ensemble d’un glacis de précieux lapis- lazuli.

Il joue avec les transparences, les superpositions et les dégradés, incorporant du blanc au bleu, inventant toute une gamme de gris et des nuances subtiles.

Vermeer a une prédilection particulière pour l’association du lapis-lazuli et du jaune qui vibrent ensemble dans le voile de La Jeune Fille à la perle ou dans les vêtements de La Laitière et de La Dentellière.

L’artiste utilise aussi les bleus de façon inventive et inattendue ; ainsi, dans le tableau intitulé La Jeune Fille au verre de vin, la sous-vercouche de la peinture de la robe de satin rouge est constituée de lapis-lazuli. Le mélange de rouge et de vermillon appliqué ensuite acquiert un aspect légèrement pourpre, donnant à la robe une étrange vitalité.

Décidément, Vermeer est un jongleur, un jongleur de bleus.

Cet article est tiré d’une émission diffusée le 18 juin 2012 sur RCF Isère dans le cadre de la série « Tout en nuances » qui a duré pendant six années. Elle est présentée ici. L’article a été mis à jour le 31 octobre 2020 et figure dans le livre Bleu, intensément, chapitre 41.

Article du 31 octobre 2020

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s