Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes


4 Commentaires

La Vierge de Iakhroma

L’icône de la Mère de Dieu d’Iakhroma (Iakhromskaïa) appartient au type « Vierge de Tendresse ». L’enfant, placé à gauche, est porté dans les deux bras de sa Mère. De la main droite, il effleure le menton de Marie. Son bras gauche, complètement relâché, tient le rouleau des Écritures.

Voici ce que raconte ce mélange de tradition, de légende et d’histoire (1) : deux pèlerins, un vieil homme malade accompagné du futur saint Cosme (+1492), s’arrêtèrent sur leur chemin pour se reposer auprès d’une source, non loin de la rivière d’Iakhroma, à quarante kilomètres de la ville de Vladimir.

Fatigué par ce long voyage, le vieil homme s’endormit. Soudain, le jeune Cosme vit une lumière éblouissante et entendit une voix qui lui dit : « Reçois et médite les paroles de la vie, montre-toi irréprochable devant Dieu et tends vers la loi des justes pour obtenir les biens éternels» (j’ai trouvé d’autres variantes et retenu celle citée par Egon Sendler (2). La lumière provenait d’une icône de la Mère de Dieu, apparue dans un arbre. Il prit alors soigneusement l’icône et l’apporta au malade. À peine le vieil homme l’eût-il touchée, qu’il fut guéri.

Plus tard, Cosme porta l’icône au monastère des grottes de Kiev où il devint moine. Après des années d’ascèse et de prières, il eut une révélation, quitta son monastère et se rendit sur l’Iakhroma où il construisit le monastère de la Dormition, dans lequel il plaça l’icône de la Mère de Dieu.

Fête : le 14 ou le 27 octobre, selon les calendriers.

(1) c’est presque toujours ainsi : une belle histoire que le temps a parfois transformée et enjolivée, ce qui explique que selon les témoignages, on trouve quelques informations contradictoires.

(2) SENDLER Egon, Les icônes byzantines de la Mère de Dieu, DDB 1992

Détail de la Mère de Dieu de Iakhroma, 12 x 15 cm sur tilleul, 2022

Article du 19 juillet 2022