Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Mar Elian l’Ancien (Mar Elian al-Sheikh)

Poster un commentaire

Mar Elian l’Ancien, icône sur tilleul, 18 x 32 cm, 2022. Les inscriptions sont en français, en syriaque et en arabe

Il se trouve dans le désert syrien, quelque part entre Damas, Homs et Palmyre, un monastère cher à mon cœur, celui de Mar Elian. Mais qui est donc le saint qui a donné son nom au lieu ?

Mar Elian al-Sheikh (مار اليان saint Julien l’Ancien) est un saint syriaque du IVe siècle. Sa vie est racontée par les poèmes de son plus célèbre disciple : Mar Ephrem (saint Ephrem le syrien) (1).

Le saint est originaire de Urfa (Edesse, sud de la Turquie). Homme d’une grande humilité et amoureux du silence, il mène avant tout une vie d’ermite. Il manifeste des dons particuliers et guérit (ou parfois même ressuscite) miraculeusement de nombreuses personnes. Une centaine de disciples l’entourent et un petit groupe l’accompagne chaque année dans son pèlerinage à Jérusalem. Au cours de l’un de ces voyages en Égypte, il construit une chapelle que l’on peut découvrir encore aujourd’hui au sommet du Mont Sinaï.

À la fin de sa vie (367 ?), sentant son heure arriver, il demande à ses disciples de mettre son corps dans un charriot tiré par des bœufs et de l’ensevelir là où les bêtes s’arrêteront, quand les vivres seront épuisés : cela se produit à l’emplacement actuel du monastère, à l’ouest de Qaryatayn.

Ses disciples déposent alors le saint dans un sarcophage de marbre. Il est vénéré pendant des siècles, objet de prière et de vénération, source de bénédiction et de guérison.

Le monastère, érigé près d’une source, connaît une longue histoire (2) et attire les pèlerins, chrétiens et musulmans. En l’an 2000, le monastère de Mar Elian est confié à la communauté de Deir Mar Moussa fondée par le jésuite italien : Père Paolo Dall’Oglio (3). Le père Jacques Mourad devient supérieur de Mar Elian. La spiritualité des deux monastères est inspirée de celle des Pères du Désert. Sur les trois piliers de leur règle (prière, hospitalité et travail), se greffe l’appel à un dialogue spirituel en vérité avec l’Islam.

Le Père Jacques est enlevé en 2015 mais réussit à s’échapper cinq mois plus tard, (lire Un moine en otage (4), puis le monastère est détruit et la tombe du saint profanée (lire cet article ici). Mais les reliques du saint ont été retrouvées et actuellement, le monastère est en reconstruction. En collaboration avec la direction des Antiquités syriennes, un archéologue spécialisé a restauré avec les débris trouvés, le tombeau du saint avec beaucoup de finesse.

Une fête émouvante a eu lieu le 9 septembre 2022 (jour de la fête du saint et date d’un pèlerinage traditionnel). Voir ici

Les reliques de Mar Elian sont arrivées devant la porte du monastère, portées par un chrétien et un musulman. Les évêques ont oint la porte d’entrée du monastère, ainsi que le nouvel autel, le tombeau restauré et les murs, avant une procession et une célébration eucharistique. Tout le monde était rassemblé, musulmans et chrétiens, pour vivre ensemble ce moment unique d’amitié et de fraternité. Enseignements et témoignages se sont succédé, encourageant au dialogue, à la reconstruction et au retour la culture des champs alentour. Quatre prêtres ont béni avec l’huile sacrée le peuple de Dieu réuni pour la circonstance, chrétiens et musulmans. Ensuite, quatre personnes d’horizons divers (chrétien et musulman, laïc et moine) ont porté ensemble le reliquaire de Mar Elian et mis dans le sarcophage qui a été fermé, tout en chantant un hymne très beau de saint Ephrem le Syrien, en syriaque et en arabe : « heureux le bon serviteur, quand le Seigneur viendra il le trouvera éveillé, travaillant dans le champ, du matin jusqu’au soir… ».

NB : Il existe deux Mar Elian à ne pas confondre : Saint Julien d’Émèse dit Mar Elian, « le jeune », médecin et martyre du IIIe siècle et Mar Elian de Quaryatein-Mar Elian al-Sheikh dit l’« Ancien », un ermite qui vécut à Edesse, mort en 367 et présenté dans cet article.

  1. Je crois que Theodoret de Cyr raconte aussi son histoire. Je dois encore chercher !
  2. J’espère pouvoir écrire un autre article à propos de l’histoire du monastère.
  3. Enlevé en 2013 par Daech, et disparu depuis.
  4. Jacques MOURAD et Amaury GUILLEM, Un moine en otage, Éditions de l’Emmanuel, 2018.

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s