Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

La couleur blanche

Ma collection de pigments blancs

Sur la photo, on peut voir (de gauche à droite en partant du bas) :

Sur la première rangée : du blanc de Meudon qui est utilisé pour l’enduit (levkas) et du silicate de zirconium, disons, un blanc doux (Kremer 46360)

Sur la deuxième Ekaton S-argent métallique lueur de perle (Kremer 50010) un blanc de zinc de bonne qualité mais toxique, un blanc de Saint-Jean (Kremer 11415), un Blanc de titane Kremer (n° perdu) et un blanc nacré (Kremer 50830)

À l’arrière, un blanc de zinc venu de Russie, un autre d’Italie et un blanc du Japon Gofun Nakagawa.

Une vue d’ensemble des pigments blancs : un article où on retrouve des premiers éléments de symbolique, pas mal de pigments, Kandinsky, ma passion pour la neige et quelques petites touches personnelles comme toujours.
Le blanc de plomb ou céruse
Le blanc de Saint-Jean (hommage à Jean-Pierre Wantz)
Le blanc de zinc
Le blanc de titane

Pour l’iconographe, le « blanc » c’est avant tout le levkas, cet enduit connu depuis la nuit des temps. Voilà ici ce qu’en disent les anciens maîtres auxquels je me réfère sans cesse, Denys de Fourna, le moine Théophile ou Cennino Cennini. Et voici ici la recette de levkas que nous utilisons aujourd’hui dans nos ateliers.