Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

La couleur rouge

Je reviens toujours à cette question : « quelle est la couleur de votre âme ? ». Quand je me la suis posée, j’ai pensé à la couleur bleu-gris, mais aussi à quelques peintres que j’aime, qui toujours, dans leurs obsessions en bleu-gris, glissent une pointe de rouge. Si le bleu-gris est peut-être la couleur de mon âme, ma couleur « préférée » serait plutôt le vert malachite. Quand au rouge, j’en ai besoin comme on a besoin de vitamines : il me donne enthousiasme et gaité. La couleur rouge est associée à l’ardeur, au courage, à la fougue, à l’éclat, à l’action, à l’amour, et surtout à la passion. Allant de la vie à la vitalité, c’est la couleur de la jeunesse, de la vitesse, de l’exaltation ou du tourbillon. Mais bien sûr, quand on évoque le rouge arrivent aussitôt des connotations plus effrayantes. Le sang de la vie est aussi celui de la mort, de la violence et de la haine, du martyre, de la colère, du danger, de l’interdit et de la sanction… Pensons au feu, qui peut réchauffer si agréablement comme détruire impitoyablement. Allons ensemble un peu plus loin à travers ces déclinaisons de la couleur rouge.

En orangé apparaissent les liens avec des articles publiés sur mon site. Il suffit de cliquer pour les voir apparaître.

Les pigments rouges

La couleur pourpre
La pourpre dans l’Antiquité
Le carmin : toutes les sortes de carmin et spécialement le carmin de kermès et de cochenille.
Le bois brésil
Plusieurs articles sur le cinabre (certains se recoupent car ils ont été diffusés à la fois dans la série Tout en nuances et dans la série Carnets de peinture : Le cinabre naturel, le cinabre (article le plus complet qui regroupe plusieurs émissions), Le cinabre de synthèse au Moyen Âge avec des méthodes qui s’apparentent à l’alchimie.
Le minium qui est un rouge orangé.
Minium sanguine et sang dragon
Le rouge laque
Le rouge cadmium
Le rouge falun qui me fait penser aux pays du nord que j’aime tant (on peut aussi classer cette couleur dans les ocres).

À la fois une couleur et une technique : la sanguine

Des teintures végétales : la garance, le sumac avec les souvenirs d’odeurs orientales.

Les pigments rouges organiques tels que le rouge hélios.

Le rouge, les peintres et les écrivains

La référence est bien sûr Kandinsky, avec des extrait de Du spirituel dans l’art. On peut lire Kandinsky et la couleur rouge puis écouter ses digressions à propos du rouge carmin.

Entrons dans l’univers rouge des peintres russes avec Le rouge et l’âme russe : quand beau et rouge se confondent… puis Le tourbillon rouge de Maliavine.
L’œuvre d’un peintre russe du début du XXe siècle, marqué par l’iconographie et par la couleur rouge : Kuzma Petrov-Vodkine et à la même période, Malevitch et son fameux carré rouge et les débuts de l’abstraction en Russie.
Un long article sur Matisse et le rouge qui évoque son atelier revêtu de rouge, ainsi que quelques œuvres.
Si on s’intéresse à la couleur rouge et à l’enluminure ou la miniature, la lecture incontournable est : Mon nom est Rouge d’Orhan Pamuk.

L’univers des fleurs rouges

Le coquelicot est souvent la première fleur à laquelle on se réfère quand on évoque la couleur rouge. C’est la fleur du souvenir, le fil conducteur d’un livre de Christian Bobin, Le Christ aux coquelicots, et le titre d’un célèbre tableau de Claude Monet.
Quelques souvenirs ravivés par le fuchsia et l’églantier.

Éléments de symbolique

L’ambivalence du rouge
Le rouge et la terre des origines dans l’article Fait de terre rouge

Pêle-mêle

Le cheval rouge dans l’Apocalypse et chez Zacharie

Les icônes en rouge

Le rouge du feu dans les icônes russes
Le rouge de la lumière dans les icônes russes
Les vêtements rouges dans les icônes
Le rouge dans l’icône (il est question dans l’article surtout de l’association du rouge et du bleu)
Saint Michel archistratège
Saint Georges et le dragon
Le séraphin et le feu divin