Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Mon « métier »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Chaque matin, je prends le pinceau et m’embarque pour un voyage à travers le temps, la lumière et les visages. 

La peinture de l’icône est un petit métier artisanal, méditatif, patient et méticuleux, solidement ancré dans une tradition, et tout proche de la terre. J’utilise des matières très simples : une planche de tilleul ou de bouleau, de la toile de coton, de la craie, de la colle de peau de lapin, du jaune d’œuf, des pigments aux si belles couleurs venus des quatre coins du monde…

Peindre une icône me donne parfois l’impression de sentir au bout des doigts la palpitation d’un oiseau et de toucher au frémissement de l’aile du temps.

J’aime entrer dans mon petit atelier, allumer une bougie ou préparer un thé, puis m’asseoir sous la fenêtre qui regarde la montagne et choisir mes pinceaux un à un. Je trouve dans ce lieu, blotti dans notre maison, une qualité particulière de silence et de paix, un calme dans les tempêtes. J’y rejoins tant de visages et d’émotions : ceux des personnages des icônes, les peintres du passé, leurs créations, la trace de toutes ces histoires de joies et de troubles, le miracle des rencontres et de la vie qui passe et demeure malgré tout.

Elisabeth Lamour

J’aime peindre mais aussi attendre, contempler, voyager, photographier, rêver et surtout écrire, chercher les mots pour dire ce qui me fait vivre, m’enthousiasme et m’émerveille. Je parle de tout cela avec grand bonheur aux visiteurs de mon atelier ou lors d’expositions et de conférences (1).

Peindre des icônes est ma façon d’être présente au monde ; partager mon expérience est comme un pas de côté, un peu de couleur jetée sur la noirceur et la folie du monde. Regardons ailleurs et tournons les yeux ensemble vers la beauté, en nous prenant par la main.

Je cite, pour terminer, ces mots de Jean-Marie Le Clezio entendus un matin à la radio : « Nous sommes le monde et nous devenons ce que nous regardons ».

Articles à lire pour compléter et mieux comprendre :
– J’explique ici  pourquoi j’utilise le terme « peindre » une icône, alors que certains préfèrent dire « écrire ». 
– Lire ici comment se conjuguent la posture de l’iconographe, du théologien et de l’historien d’art
– Je vous convie à une visite virtuelle de mon atelier : j’y parle de la recherche de lumière , du choix des modèles, du matériel de l’iconographe , des crayons et pinceaux et enfin des pigments et de la joie des couleurs.

(1) Dans un désir de cohérence et de recentrage, je souhaite relancer la formule « À bâtons rompus autour des icônes » : une personne qui souhaite faire découvrir la peinture de l’icône à son entourage invite chez elle (ou dans un petit lieu : atelier, librairie indépendante, boutique… j’ai fait l’expérience chez un antiquaire et c’était merveilleux) un groupe d’amis et de voisins. Je présente mon travail à partir d’un montage d’images, avec des explications simples, accessibles à tous, présente quelques icônes et réponds aux questions « à bâtons rompus ». Cette formule permet à chacun de découvrir et de s’exprimer (c’est beaucoup plus difficile d’oser poser une question, qu’on craint parfois stupide, lors d’une conférence). Pour moi, elle me permet de m’adresser à un public plus large, avec un lien direct avec chacun, un « partage des regards » tout à fait adapté à l’icône (et m’évite le stress des grandes salles !). Si cette formule vous tente, contactez-moi en privé… dès que nous serons à peu près sortis de l’épidémie !

Présentation mise à jour le 15 janvier 2021

5 réflexions sur “Mon « métier »

  1. jaurais aimer apprendre les tecniques .pourriez vous meclairer a ce sujet

    • Il est possible de faire le stage d’initiation de novembre (rubrique cours/initiation), mais dans le cas de la peinture de l’icône, la technique est intimement liée à un cheminement spirituel, à une posture méditative et lente, à quelques éléments théologiques, historiques et symboliques. Donc il ne semble pas possible d’apprendre seulement la technique. C’est aussi la raison pour laquelle les livres purement techniques n’existent pas ou sont assez inutilisables. A votre disposition pour de plus amples renseignements.

  2. Bonjour Elisabeth ,

    J’habite dans le Sud , près d’avignon , je me sens prête spirituellemnent pour aller vers le chemin des îcones , mais dans ma région je ne trouve aucun atelier d’initiation ou une personne avec qui je pourrais en parler . Auriez vous quelques renseignements concernant ma région ? Votre travail est magnifique et plein d’amour .

    • Merci pour votre message. Avez-vous regardé à la rubrique initiation si le stage de novembre peut vous convenir ? (possibilité de pension complète). Sinon, appelez moi en début de semaine prochaine (tél à la rubrique « contact ») ; je tenterai de vous aiguiller.

  3. je suis très sensible à la façon dont tu parles de ton travail et elle me touche le coeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s