Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes


Poster un commentaire

La symbolique du bleu

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les Açores, juillet 2014

Certains jours, quand viennent la fatigue et les pensées confuses, je m’allonge dans le jardin et regarde le ciel. Je m’étourdis dans l’avancée des nuages et l’infini des nuances, et quelque chose s’apaise, se calme et s’éclaircit. Mon esprit vagabonde, aspiré vers l’ailleurs, l’évasion et le voyage. On peut vite devenir poète et sage si le ciel ne nous tourne pas la tête ! J’aime aussi contempler l’Océan ou perdre mon regard sur la ligne d’horizon, là où le ciel et la mer se rejoignent. L’esprit s’ouvre à la contemplation, à la profondeur, à la rêverie. Le bleu invite à la méditation et à la sérénité.

Déjà, Denys l’aréopagite (1) appelle la couleur bleue le « mystère des êtres ». Quant à Kandinsky, il écrit que « Le bleu profond, attire l’homme vers l’infini, il éveille en lui le désir de pureté et une soif de surnaturel. »(2)

Dans le bleu, couleur à puissante connotation positive, se côtoient l’infini, l’imaginaire, l’éternité, le céleste et le divin, la loyauté, la vérité et la sagesse. Les dieux, liés à cette tonalité, sont représentés les pieds posés sur l’azur. Le voile céleste cache, recouvre ou révèle l’autre côté du miroir. Dans les miniatures indiennes, Krishna et d’autres divinités sont figurées en bleu. Un environnement bleu apaise, tranquillise, dilue l’acéré. En peinture, une teinte bleue posée sur une surface lui donne un aspect immatériel, calme, profond et offre au réel la possibilité de se transformer en imaginaire. On raconte que les Navajos lançaient une pierre turquoise dans l’eau d’un lac pour appeler et faire tomber la pluie. Encore le murmure d’un écho.

Le bleu évoque la fraîcheur et la pureté, comme l’eau des fontaines de mon village, comme l’eau limpide de la cascade qui désaltère et revigore à la fois. La transparence de l’eau ne cache rien ; parfois, elle étincelle et ses reflets d’étoiles laissent entrevoir la lumière.

  1. Mystique syrien de la fin du Ve siècle, cité au chapitre 12.
  2. KANDINSKY Wassily, Du Spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier, éd. de Beaune, Paris, 1954.

Cet article a été l’objet d’une émission sur RCF Isère le 19 décembre 2011 ; il constitue le chapitre 17 du livre, Bleu intensément .

Article du 17 juillet 2019

Publicités