Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes


Poster un commentaire

Le vert dans la Bible

arbreLe vocabulaire des couleurs, dans la Bible, est difficile à analyser. D’une part, on ne sait pas toujours si les mots utilisés désignent une couleur ou une matière. D’autre part, d’une traduction à l’autre, les choses évoluent. Le vocabulaire des couleurs est quasiment absent en hébreu, alors qu’avec les traductions grecques, il émerge, pour devenir véritablement présent en latin, et encore davantage dans les traductions plus modernes. Toujours est-il que le vocabulaire des couleurs, dans la Bible, est assez pauvre : l’accent est mis davantage sur la matière, sur la transparence ou l’éclat, que sur la couleur, telle que nous la concevons aujourd’hui. Retenons donc que la couleur, lorsqu’elle est mentionnée dans la Bible, est plutôt une adaptation de notre système de pensée contemporain, qui comprend « couleur » quand le texte d’origine met l’accent un peu ailleurs.

Trois couleurs émergent pourtant et ce sont les premières a être employées et à avoir un véritable statut : le blanc, le rouge et le noir. Le vert (yereq en hébreu ou viridis en latin) reste discret et représente exclusivement la couleur de la nature, de la végétation et des lieux de repos. Lorsqu’il devient « verdâtre », il est associé aux cadavres et à la mort.

L’épisode le plus intéressant est celui de Gen I, 11-13 qui donne au vert, dès le début, sa place féconde, bénéfique, liée à la croissance et à la vie. On y voit bien que le vert relie davantage à la nature qu’à la couleur proprement dite. « Dieu dit :  » Que la terre se couvre de verdure, d’herbe qui rend féconde sa semence, d’arbres fruitiers qui, selon leur espèce, portent sur terre des fruits ayant en eux-mêmes leur semence !  » Il en fut ainsi. La terre produisit de la verdure, de l’herbe qui rend féconde sa semence selon son espèce, des arbres qui portent des fruits ayant en eux-mêmes leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon. » Le cantique des Cantiques reprend cette symbolique en faisant de la fiancée « un jardin clos » et « un cèdre du Liban ».

Dans le Nouveau Testament, le Christ est souvent associé à un jardinier et après la Résurrection, Marie Madeleine, au jardin des oliviers, croise un homme qu’elle prend pour le jardinier, celui qui transforme le germe en vie.

Cet article a été le support d’une émission hebdomadaire intitulée Tout en nuances et diffusée de septembre 2011 à juin 2017 sur RCF Isère : six années à effeuiller les subtilités des couleurs, leur histoire mouvante et leur symbolique sans oublier quelques incursions dans les choix des peintres et les mots des écrivains. On peut retrouver certains podcasts  ici

Article du 21 novembre 2016