Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes


3 Commentaires

Sainte Rose de Viterbe

sainte-rose-de-viterbe

Sainte Rose de Viterbe, 12 x 15 cm

Rose naît dans une famille très pauvre vers 1235, à Viterbe, en Italie. Dès sa petite enfance, elle se rend tous les jours à l’église, et distribue son pain aux mendiants.

Très proche de l’idéal franciscain, son désir, dès l’enfance, est de vivre dans la simplicité. Elle prêche dans les rues de la ville, en habit de pénitente, pieds nus et un crucifix à la main, apportant son soutien au pape (contre les gibelins et l’empereur Frédéric II). Des miracles sont observés sur son passage. On raconte qu’un jour, son père la surprend le manteau rempli de pains qu’elle souhaitait distribuer aux pauvres. Il est fâché et lui demande d’ouvrir son manteau… d’où jaillit un bouquet de roses (l’histoire ressemble à une légende attribuée à sainte Élisabeth, et j’ai composé l’icône selon le même modèle, revêtant seulement Rose d’habits simples). Une autre légende raconte qu’elle ressuscite sa tante sur la route du cimetière.

Le gouverneur impérial de Viterbe, irrité par l’influence de Rose qui ternit l’image de l’empereur, la fait comparaître devant le tribunal. Elle lui répond : « Je parle sur l’ordre d’un Maître plus puissant que vous, je mourrai plutôt que de Lui désobéir. » Elle est alors chassée de la ville avec toute sa famille.

Sainte Rose, peu de temps après, annonce, sans se tromper, la mort de Frédéric II. Les habitants de Viterbe rappellent Rose et la reçoivent triomphalement.

Trop jeune, trop pauvre et avec une personnalité peut-être trop marquée, elle ne parvient pas à entrer au couvent. Aussi vit-elle dans une petite chambre de la maison de ses parents, dans la contemplation et la prière. Plusieurs autres jeunes filles la rejoignent.

Elle meurt en 1252 à l’âge de 17 ans et son corps, six mois après son décès, est transporté au couvent de Viterbe, sur l’ordre du Pape. Sa dépouille est en parfait état de conservation et de nombreux miracles ont lieu sur son tombeau.

Elle est fêtée le 6 mars (jour de son décès) et le 4 septembre où une grande fête se tient à Viterbe en son honneur : la statue de la sainte est alors portée en procession à travers la ville et se déroule suivant un rituel précis, avec des arrêts bien codifiés correspondant au parcours supposé de sainte Rose dans la ville.

Elle est la patronne des exilés.

Article du 16 décembre 2016