Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

Les vêtements rouges dans les icônes (émission du 18 mai)

Poster un commentaire

Saint Martin et le Christ, 2012

Saint Martin et le Christ, 2012

Après trois années passées avec les pigments bleus, découvrons dans l’émission Tout en nuances (chaque lundi sur RCF isère – 103.7 – à 8 h 35 et juste après 11 h) une couleur très différente : le rouge. Chaque semaine, nous effeuillerons une nuance, une caractéristique, une émotion liée à la couleur rouge. Continuons avec les icônes russes à travers l’exposition de 1997 au Musée russe de Saint-Pétersbourg.

Après avoir évoqué la symbolique liée au feu et à la lumière, à l’exagération de la dramaturgie avec l’utilisation des couleurs rouges et surtout des fonds de l’École de Novgorod, attardons-nous sur l’utilisation du rouge dans les vêtements des personnages représentés. Les capes, les tuniques, les drapés, les manteaux gonflés d’Esprit Saint semblent virevolter dans toutes les nuances de rouge.

Souvenons-nous que la hiérarchie initiale des pigments était liée à la difficulté à les obtenir à partir de la nature : des oxydes de métal, des plantes, des mollusques et différentes terres. Dans les temps anciens, c’était un processus qui demandait du temps et revenait cher. Les pays les plus riches furent les premiers à utiliser une large gamme de teintures et de couleurs. Ils apprirent peu à peu comment les intensifier, les concentrer pour en augmenter l’impact. Le rouge, couleur pure et attirante, devint un des éléments important des festivités et attributs du pouvoir. Il devient plus qu’une couleur de vêtement car il affirmait l’appartenance à la classe supérieure. La diversité résidait dans la façon de le présenter et de l’associer, de jouer sur la chaleur du ton, ou la combinaison avec d’autres couleurs.

Dans les icônes, les martyrs aux noms étranges – Eustratius, Artemius, Parascève ou Anestesia – portent des vêtements ecclésiastiques rouges exprimant leur foi et leur amour brûlant pour Dieu. Le rouge est aussi la couleur des manteaux capes de saint Georges et saint Démétrios de Thessalonique.

Annonciation, 1997

Annonciation, 1997

Le rouge est également la couleur du voile qui relie les bâtiments dans diverses scènes comme la Présentation au temple, l’Annonciation : il exprime alors le lien, la continuité entre l’Ancien et le Nouveau Testament et évoque le voile du Temple… Ce grand rideau à dominante rouge, qui sépare deux espaces, deux mondes – autant qu’il relie et annonce – deviendra celui des scènes de théâtre.

Le rouge est la couleur d’une sorte de coussin qui témoigne de la royauté de Marie, et sur lequel elle repose après la Nativité. Il évoque alors la pourpre impériale et s’inspire de la tradition byzantine.

 

Article du 18 mai 2015

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s