Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

La Tara verte (l’émission du 9 janvier)

Poster un commentaire

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAprès trois années passées avec la couleur bleue, un an et demi avec le rouge et quelques mois avec le rose, je vous propose de découvrir le vert, dans l’émission Tout en nuances  chaque lundi à 8 h 35 et 11 h 10 sur RCF Isère (103.7). L’ensemble des émissions avec les liens vers les podcast, est présenté sur ce site à la rubrique autour de l’icône/émissions de radio. En ce début de l’année, nous continuons à évoquer le vert de l’Asie, avec la Tara verte (première partie de l’émission ici).

La Tara verte, Dölma Doljan en tibétain, est l’une des vingt et une formes de Tara, le bodhisattva féminin de la compassion. Rappelons que, dans le bouddhisme, le bodhisattva est un être accompli spirituellement, mais qui reste dans le monde, afin d’aider chacun à s’éveiller. Une forme de Tara, appelée Cittamani Tara, ou joyau qui exauce tous les vœux, est aussi assimilée à une protectrice de la végétation.

Tara est représentée assise en tailleur sur un fauteuil, entourée de riches décorations, en particulier de fleurs de lotus. Elle est torse nu et sa peau est verte. On parle de la sublime Tara au teint d’émeraude… Les mains, se présentent dans de gracieuses postures qui semblent dansées et font penser à la bénédiction. On dit qu’elle porte un cristal entre les deux yeux. Son emblème est la couleur verte, symbole d’espoir, et le lotus bleu à demi-ouvert.

Une de ses deux jambes est légèrement déployée, comme si elle était prête à se lever, à bondir dans l’instant pour aider celui qui l’appelle au secours. La couleur verte est associée à l’élan vers la vie et indique que Tara agit pour ceux qui l’invoquent avec la rapidité du vent, également de couleur verte dans la symbolique bouddhiste.

Quant à son geste de mains, il évoque la compassion, l’éveil et la bienveillance, tout comme la couleur verte ; tel est son rôle premier. La Tara verte intervient toujours pacifiquement et agit contre les menaces extérieures, énumérées de façon différente selon les régions et les périls qui y menacent les habitants : il peut s’agir, par exemple, des éléphants, des lions, des serpents ou du feu. En même temps, elle protège contre les dangers intérieurs ou spirituels tels que l’orgueil, la jalousie, la colère ou l’avarice.

La Tara verte est réputée pour la puissance que lui confèrent ses pouvoirs miraculeux, sa capacité à surmonter les situations difficiles, apportant protection et réconfort.

Ainsi, la Tara verte est l’archétype de notre sagesse intérieure, celle qui guide et protège ceux qui naviguent dans les profondeurs de l’inconscient. Elle aide à rester centré, à transformer nos voyages intérieurs et nos déséquilibres, pour prendre une route paisible vers la liberté. Bref, la Tara verte du bouddhisme est la salvatrice qui accompagne le retournement intérieur et la transformation spirituelle.

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s