Elisabeth Lamour

Peintre d'icônes

L’émission du 25 novembre : Chagall, la maison bleue

Poster un commentaire

Pour la 3e année, je vous propose l’émission TOUT EN NUANCES tous les lundis à 8 h 35 et 11 h 10 sur RCF Isère. Durant cette émission, j’effeuille les subtilités de la couleur bleue, l’histoire de cette couleur céleste ainsi que sa symbolique. J’évoque également l’évolution des goûts et des sensibilités, tout en interrogeant la qualité des pigments. Je glisse parfois aussi mes rêves de lumières bleues, de tableaux et de vagues.

Vous pouvez retrouver les titres de toutes les émissions passées en cliquant ici , puis écouter celle-ci en podcast à partir de lundi sur le site de RCF Isère.

Nous avons parlé les semaines dernières des connotations bleues des portraits et autoportraits de Chagall. Ses paysages, ses natures mortes, ses vues d’intérieur sont aussi largement dominées par le bleu : la connotation y est tantôt paisible, tantôt tourmentée.

Chagall, Vitebsk

Chagall, Vitebsk

Je pense à plusieurs tableaux, mais l’énumération pourrait être sans fin, tant il y en a, et tant de bleus !

La vue de la fenêtre à Vitebsk, sa ville natale, est une œuvre de 1908, époque de ses débuts. Presque tout baigne dans une lumière bleue, sauf peut être l’arc-en-ciel dans un coin du tableau. Chagall explique ce choix par la lumière qu’il perçoit : « Ma chambre s’éclairait du bleu foncé, tombant de la fenêtre unique. La lumière venait de loin : de la colline, où se trouvait l’église. J’éprouve toujours du plaisir à peindre une fois de plus cette église et cette petite colline sur mes tableaux. »

La Maison bleue est une huile datant de 1917 à 1920. On y voit une sorte d’isba bleue en rondins, en mauvais état, mais néanmoins accueillante avec ses fenêtres grande ouvertes. De l’autre côté de la Dvina, apparaît la ville de Vitebsk : des maisons de pierre entourées d’une palissade, un monastère aux multiples coupoles… La ville reflète aussi des touches de bleu, surtout sur les toits, mais le bleu côtoie alors d’autres couleurs. Un historien d’art de son époque écrit à propos de ce tableau : « La cabane apparaît rayonnant du bleu fondamental à partir duquel s’orchestre ensuite la mélodie des couleurs. Elle amène l’image de l’apparition à briller et l’insère comme dans un cristal coloré ». (1)

Chagall, intérieur

Chagall, Intérieur

Un peu plus tard, il peindra des intérieurs, ou plutôt des paysages extérieurs vus de l’intérieur : Bella, son épouse, à table, Intérieur aux fleurs (1917), Fenêtre avec vue sur le jardin (1917). Toutes ces œuvres sont bleues, dans des nuances différentes, avec seulement quelques touches d’autres couleurs, comme les détails de robes rouges des personnages qu’on entrevoit.

(1) Wermer Haftman,  Marc Chagall, p. 74.

Publicités

Auteur : elisabethlamour

peintre d'icônes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s